Archives mensuelles : février 2013

Le Loiret sous les eaux tout le week-end

Routes coupées et débordement de rivières, cours d’eau placés en vigilance jaune et caves inondées. Après la neige deux semaines auparavant, c’est la pluie qui a noyé le département ce week-end.

Un record. Entre vendredi et samedi, les précipitations qui ont arrosé le département correspondent à ce qui tombe « en l’espace de la moitié d’un mois de février normal », confirment les météorologues de la station Météo France d’Orléans. Soit plus de 31 mm (31 litres d’eau par m2), pour la mesure la plus haute relevée dans le Loiret en Sologne (19 mm dans la Beauce, 22 dans le Montargois).

Partout, les sols sont gorgés d’eau du Giennois à la Sologne, en passant par le Montargois. Au point que les fossés débordent et que certaines routes sont inondées. Au sud de Gien, la D 940 (notre photo) a été coupée durant tout le week-end, un contournement a dû être mis en place.

Samedi, la préfecture a lancé une alerte inondation pour les deux tronçons du Loing et de l’Ouanne dans le Montargois. Elle concerne les villages du canton de Château-Renard pour l’Ouanne, ceux des cantons de Châtillon-Coligny et de Ferrières-en-Gâtinais pour le Loing.

Le Loing, qui prend sa source à Sainte-Colombe-sur-Loing (Yonne), arrose la Puisaye et le Gâtinais. Il est long de 166 km. L’Ouanne, longue 83,6 km, naît dans l’Yonne et passe dans le Loiret. Elle rejoint le Loing à Conflans-sur-Loing. Du côté de Pannes, dans l’agglomération montargoise, c’est la Bezonde qui a fait des siennes.

Le niveau jaune « risque de crue ou de montée rapide des eaux » n’entraîne pas de dommages significatifs, mais nécessite une vigilance particulière dans le cas d’activités saisonnières et/ou exposées. Les conséquences possibles peuvent être des débordements localisés, coupures ponctuelles de routes, maisons isolées touchées, perturbation des activités liées au cours d’eau.

L’ouest pas épargnéPlus à l’ouest du département, à Faye-aux-Loges, le canal d’Orléans est sorti de son lit, inondant stockages d’entreprises et jardins d’habitations. À Chécy, le lavoir était largement rincé ! En Sologne, le Cosson est, lui aussi, sorti de son lit. À La Ferté Saint-Aubin, une aire de pique-nique a été totalement submergée alors que le secteur de l’ancienne piscine s’est également retrouvé… sous les eaux.

Alors que la décrue était annoncée, dimanche, la perturbation qui arrive aujourd’hui devrait amener, mardi, de fréquentes averses successives, avec 5 à 10 litres d’eau par m2.

Aurore Malval et Alexis Marie

Une partie de la D940, au sud de l’agglomération giennoise, a été interdite aux voitures, samedi. Seuls les camions pouvaient l’emprunter. – Photo Ramdane Amara

 

La République du Centre
ww.larep.fr/loiret/actualite/2013/02/04/le-departement-sous-les-eaux-tout-le-week-end-1430145.html

Inondations : plus de 100 interventions des pompiers dans le 37

Inondations : plus de 100 interventions des pompiers

Les fortes pluies de vendredi après-midi ont causé des dégâts, notamment sur Rochecorbon et Vouvray, ainsi qu’à Luynes, où le cirque Georget, dans la plaine, a été inondé. « On a même eu des dégâts sur le plateau », raconte le maire.
Les pompiers sont intervenus 101 fois, partout dans le département, dans la soirée de vendredi, et une dizaine de fois encore hier matin à cause de ces inondations, avec caves inondées, mouvements de terrain, etc.
La départementale 8 (la route de Chinon à L’Ile-Bouchard) était encore coupée à la circulation hier, car inondée.

L’Indre en alerte jaune

La carte du site Vigie crues montrait un certain nombre de rivières en alerte jaune.
Cela signifie que le risque de crue ou de montée rapide des eaux n’entraîne pas de dommages significatifs, mais nécessite une vigilance particulière dans le cas d’activités saisonnières et/ou exposées.
Dans notre département, le Cher n’était pas concerné par ce classement, contrairement à l’Indre, dont les niveaux ont monté ces derniers jours avec les fortes pluies.

 

A Saint-Cyr-sur-Loire aussi l’eau a eu du mal à s’écouler, formant des nappes.

INONDATION

 

Bilan des activités de l’association – Janvier 2013

Bonjour à toutes et à tous,

Voici un bilan des actions de l’association pour  Janvier 2013

– 03/01 : Lancement de la campagne d’adhésion 2013 (40 adhérents à ce jour)

– 04/01 : Modification du design des cartes de prévisions

– 04/01 et 06/01 : Mise en ligne du bilan climatologique de l’année 2012 (Partie 1Partie 2)

– 10/01 : Modification du système d’observation (prise en compte des cookies) et du fond de carte

– 12/01 : Conseil d’Administration (de 9h à  12h30 et de 14h à 17h30)

-15/01 : Remise en ligne de la galerie photo

– 18/01 : signature d’une convention avec le Domaine du marais

– 20/01 : modifications diverses au niveau du design

– du 20 au 27 : suivi renforcé suite aux vagues pluvio/neigeuses

– 31/01 : Dépassement des records mensuels de visites, visiteurs et de pages vues

Quelques chiffres à ce propos :

Visites : plus de 94900

Visiteurs  uniques : plus de 53000

Pages vues : plus de 345000

Points forts du mois :

Vague neigeuse du 20 au 22

Vague neigeuse du 25 au 26 

 

Cordialement

RENARD Olivier, Président-Webmaster de l’association

L’eau est montée dans le Cher (18)

Hier, le département avait été placé en vigilance jaune, en raison de la possibilité de crues de plusieurs rivières du Cher. Les prévisionnistes ne s’étaient pas trompés.

 Ce matin, les habitants du département ont ouvert leurs volets sur des étendues d’eau inhabituelles. Comme en témoigne cette habitante de Graçay, via notre page Facebook : « Graçay, son bourg et ses alentours n’ont pas été épargnés… »
A Bourges aussi, les rivières se sont fait remarquer. La circulation a dû être coupée au petit matin, rue de la gare de marchandises. Le phénomène est toutefois assez courant, lors d’importants épisodes pluvieux. Le stade Tavernier, situé rue des Deux-Ponts à Saint-Doulchard, à côté de la zone Comitec, n’a pas non plus été épargné, totalement submergé par les eaux.

Mais dans l’avenue d’Orléans, traversée à la fois par le Moulon et l’Yèvre, « on ne se souvient pas d’une eau aussi haute depuis les années 80, au moins« , nous ont rapporté quelques riverains dont les jardins sont inondés. Certains habitants ont même dû déplacer des meubles, tandis que d’autres se préparaient à surélever des appareils électroménagers et à se fournir en parpaings, « au cas où« .
Source  : le Berry.fr

Les pluies diluviennes provoquent des inondations en Loir-et-Cher (41)

Samedi matin, des habitants du département se sont réveillés les pieds dans l’eau après les pluies diluviennes de la veille.

Les pluies diluviennes de vendredi et de la nuit dernière ont provoqué de nombreuses inondations dans les caves et sous-sol chez les particuliers dans tout le département. Au total, les pompiers ont effectué près d’une quarantaine d’interventions surtout dans le Vendômois, la vallée du Cher ou encore les communes riveraines de la Cisse. Un seul axe routier a été coupé pour cause d’inondation : il s’agit de la D 37A à Maray qui a été recouverte par la rivière la Prée et a été déviée par Mennetou-sur-Cher.

Bourré, les pompiers ont été mobilisés toute la journée d’hier dans une cave champignonnière. A Montrichard et à Ouzouer-le-Doyen, des murs se sont effondrés. A Noyers, l’aire d’accueil des gens du voyage a été inondée.

Rien que sur Blois, cet épisode pluvieux aura été marqué par un total de 24 millimètres d’eau en moins de 24 heures. A Blois toujours, le lac de La Pinçonnière a débordé. Vendredi, la bonde de l’étang n’était pas assez ouverte pour absorber le trop plein, les pluies ont fait monter le niveau si bien que le bar associatif qui doit rouvrir le 10 février s’est retrouvé les pieds dans l’eau. Ce samedi matin, la hauteur à la bonde était de 4,50 m estimés, soit plus d’un mètre au-dessus de la normale. Après ouverture totale de la bonde, le niveau a commencé à baisser en début d’après-midi. Le concours de pêche devait être maintenu.
Samedi, le niveau des rivières était toujours en hausse (www.vigicrues.gouv.fr), en particulier la Sauldre et le Cher qui se trouvaient en alerte jaune (risque de crue ou de montée rapide des eaux n’entraînant pas de dommages significatifs, mais nécessitant une vigilance particulière dans le cas d’activités saisonnières et/ou exposées).

Vendôme, la vigilance était de mise également. Vendredi, vers 21 h 45, au 3 bis, place du Château, les pompiers sont intervenus pour un glissement de terrain derrière trois garages dont les occupants ont été prévenus. L’adjointe de permanence Édith Delion a aussitôt pris un arrêté d’interdiction d’accéder aux dits garages et à la cour. Dans la nuit, le Loir est sorti de son lit, visible notamment aux Grands-Prés, près du camping privé « Au cœur de Vendôme » où les 10 mobil-homes et 12 Tithomes se retrouvaient les pieds dans l’eau. Le propriétaire appelé sur place envisageait, hier, de les faire déplacer ce lundi. Hier, à 10 h 30, l’échelle de surveillance des crues du Pré-aux-Chats indiquait une hauteur 1,34 m, sous le seuil d’alerte de 1,50 m.

Cependant, avec une crue annoncée à 1,60 m pour la nuit, la procédure de vigilance avec le recours à vingt habitants îlotiers était enclenchée dès hier midi pour faire remonter en mairie un maximum d’informations. Cette procédure d’alerte était maintenue pour la nuit.

Photos :

A Blois, le lac de La Pinçonnière a débordé au point d’inonder le bar associatif :

 

Pinconnière

Le propriétaire du camping de Vendôme, appelé par les élus sur place, envisageait de déplacer mobil-homes et Tithomes :

CAMPING TITHOMES Pied dans l'eau

Sous le château de Vendôme, une partie du coteau s’est effondrée :

GLISSEMENT DE TERRAIN Vendôme