Archives quotidiennes :

Vers une situation propice à un risque de coup de vent/tempête autour du 10 février 2020 ?

Un courant océanique perturbé particulièrement actif va se mettre en place à partir de ce week-end du 8-9 février avec un risque de coup de vent ou tempête à surveiller autour du 10 février…

Copyright : Fotolia.

Vers la mise en place d’un puissant courant d’Ouest ?

Après des conditions calmes et anticycloniques ces 6 et 7 février, un flux d’Ouest perturbé particulièrement actif (ou zonal) va progressivement se mettre en place à partir de ce week-end du 8-9 février avec un risque de coup de vent ou tempête à surveiller autour du 10 février…

Evolution des centres d’action sur l’Europe du 06 au 10 février 2020 via le modèle ECMWF / Pivotal Weather (simulation 12z du 05 février 2020).

Le jet-stream, un courant de vent à très haute altitude (environ 9000m d’altitude), sera directement orienté vers le Royaume-Uni et la France. Il se montrera très virulent vers le 10 février avec des vents supérieurs à 350 km/h, ce qui reste très occasionnel !!!

Trajectoire du jet stream entre les 07 et 12 février 2020 (copyright : run 12z du 05 février 2020 du modèle GFS via Météociel, modifié par l’Association Météo Centre).

Ce jet stream « survitaminé » provient d’une importante différence de températures sur l’Est de l’Amérique du Nord.

Cette configuration sera propice à un risque de coup de vent/tempête vers les 9 et 10 février entre les Iles Britanniques et la France. D’ailleurs, une première tempête, nommée Ciara, pourrait concerner le Nord de la France et le Royaume-Uni entre dimanche et lundi avec des rafales de vent dépassant les 100 km/h. Sur nos régions Centre-Val de Loire et centrales, c’est le Nord de la Loire qui est le plus exposé à ce risque pour le moment.

Toutefois, compte tenu de l’échéance encore très lointaine, l’intensité et la trajectoire de cette dépression resteront à affiner ces prochains jours. Les services météorologiques anglais, le Met Office, ont déjà émis une pré-alerte.

Vers une Oscillation Nord Atlantique positive record ?

Pour rappel, l’Oscillation Nord-Atlantique (NAO) représente la différence de pression entre les Açores et l’Islande.

Schéma de l’Oscillation Nord Atlantique (source : la.climatologie.free.fr).

En hiver, plus la différence de pression est grande entre l’anticyclone des Açores et les dépressions vers l’Islande, plus la NAO est positive (30% des régimes en Europe). On observe alors un courant d’Ouest perturbé avec de fréquentes perturbations pluvieuses et venteuses sur l’Europe (notamment sur la partie Nord). Les températures sont alors généralement douces et l’influence est majoritairement océanique.

A contrario, moins la différence de pression est grande entre l’anticyclone des Açores et les dépressions vers l’Islande, plus la NAO est négative (20% des régimes en Europe). On constate alors que le courant d’Ouest reste peu actif voire inopérant : l’anticyclone des Açores et les dépressions près de l’Islande changent de place et peuvent même s’inverser. Dans ce cas de figure, le flux peut s’orienter au Nord/Nord Est voire à l’Est, ramenant le froid en Europe de l’Ouest. Comme les hautes pressions remontent vers le Pôle Nord, le vortex polaire est chamboulé et on peut alors observer un displacement event ou un splitting event.

Effets de l’anomalie positive et négative de l’ONA sur les systèmes météorologiques (copyright : Martin Visbeck et Heidi Cullen et Pierre_cb).

Les autres régimes en Europe sont les dorsales (23% des régimes en Europe) et les blocages (27% des régimes en Europe).

Anomalie journalière de pression de surface (millibar) correspondant aux quatre régimes de temps d’hiver (de novembre à mars) sur l’Atlantique Nord. Le pourcentage représente l’occurrence moyenne de ces régimes sur la période 1974-2007 (copyright : CNRS).

Ces prochains jours, on attend une NAO+ record. En effet, avec de puissantes anomalies dépressionnaires circulant entre l’Islande et le Nord de l’Europe et un anticyclone des Açores assez costaud, la différence de pression sera très importante : les ensembles du modèle européen prévoient environ 1030/1035 hPa sur les Açores et environ 940/950 hPa sur l’Islande/la Scandinavie, soit une différence de l’ordre d’environ 90 hPa !!!

Evolution des centres d’action (anticyclones et dépressions) entre les 09 et 10 février 2020 (copyright : run12z du 05 février 2020 du modèle ECMWF via Météociel).

Les indices seront proches des records avec une Oscillation Arctique positive (OA+) prévue à +6/+7 vers le 10 février 2020 !!!! Le record date du 26 février 1990 avec 5,911.

Evolution de l’indice de l’Oscillation Nord Atlantique entre janvier et février 2020 (copyright : modèle ECMWF / weathermodels.com via John Homenuk).
Evolution de l’indice de l’Oscillation Nord Atlantique entre janvier et février 2020 (copyright : modèle GFS / weathermodels.com via John Homenuk).

A noter que le record de basse pression sur le bassin Atlantique Nord date du 10 janvier 1993 lors du passage de la tempête Braer au Sud de l’Islande avec une pression de l’ordre de 914hPa en son coeur et un creusement explosif de -78hPa en 24h !

Tempête Braer, le 10 janvier 1993 (source : https://rmets.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/wea.2097 via Gaétan Heymes).

Vers un temps restant perturbé jusqu’au 13/14 février avant une possible pulsion très douce et anticyclonique vers le 15 février ?

Une bonne partie de la semaine du 10 au 16 février s’annonce mitigée et perturbée avec une succession de passages pluvieux et parfois venteux. En fin d’échéance, une possible pulsion douce et anticyclonique envahirait la France et une partie de l’Europe.

Evolution des centres d’action sur l’Europe du 10 au 15 février 2020 via le modèle ECMWF / Pivotal Weather (simulation 12z du 05 février 2020).

La douceur pourrait de nouveau se montrer remarquable à partir de la mi-février mais cela restera à affiner ces prochains jours compte-tenu de l’échéance encore très lointaine…

Restez régulièrement informés de l’évolution de la situation via nos réseaux sociaux et notre site.

N’hésitez pas à consulter régulièrement nos bulletins de risques météorologiques !

Bonne fin de semaine à toutes et à tous.