Archives de l’auteur : Florentin Cayrouse

Vers un temps possiblement plus froid fin janvier ?

Après un mois de décembre 2018 relativement doux avec environ +2°C d’anomalie, notre mois de janvier 2019 reste pour le moment de saison à frais sur nos régions avec un temps souvent calme grâce à des conditions anticycloniques récurrentes depuis la fin décembre 2018 près du pays.

Ces derniers jours, vous avez sans doute lu qu’un temps bien hivernal pourrait se mettre en place fin janvier 2019. Mais qu’en est-il réellement ?

Rappelez-vous, fin décembre dernier, nous avions évoqué entre autres un possible effet du réchauffement stratosphérique sur la troposphère pour fin janvier 2019 et donc sur notre temps. Qu’en est-il actuellement ? Le froid va t-il perdurer et s’accentuer ou allons-nous garder des températures relativement proches des moyennes de saison ?

Copyright : Association Météo Centre.

Evolution du réchauffement stratosphérique

Pour rappel, la stratosphère est une couche de l’atmosphère terrestre située entre 12 et 50 km d’altitude environ et contient la couche d’ozone. Entre 10 et 25 km d’altitude, la température de l’air reste très stable (environ -55°C) alors qu’elle augmente progressivement entre 25 et 50 km d’altitude pour se rapprocher de 0°C. Cette variation de températures s’explique par la présence de la couche d’ozone. En effet, en captant et en bloquant les rayons ultraviolets du Soleil, l’ozone redistribue son gain d’énergie sous forme de chaleur.

La troposphère est située entre 0 et 12 km d’altitude. C’est essentiellement dans cette dernière que se produit tous les phénomènes météorologiques (neige, pluie, orages, etc.).

Copyright : Météo France.

Par définition, le vortex polaire (ou vortex polaire stratosphérique) est une importante zone de basses pressions en altitude tournant dans le sens cyclonique et piégeant l’air froid. Il est situé dans la partie basse de la stratosphère près de l’un des pôles géographiques de notre planète.

Le vortex polaire (copyright : NOAA).

Le vortex polaire dépend de la différence de températures entre l’équateur et le Pôle : plus celle-ci est importante plus il sera concentré et fort, à l’inverse, il sera faible et « éclaté ». Ainsi, on retrouve généralement ce vortex polaire en hiver avec des températures inférieures à -80°C en son cœur. En effet, on sait que la couche d’ozone se situe dans la stratosphère et que cette dernière dépend des rayons ultraviolets du Soleil. En été, le Soleil réchauffe le Pôle Nord limitant ainsi la différence de températures avec l’équateur. En hiver, comme les rayons du Soleil ne parviennent plus jusqu’au Pôle Nord, la stratosphère se refroidit considérablement donnant naissance au vortex polaire : les vents d’Ouest stratosphériques, appelés jet stream polaire (vents zonaux), se renforcent et la teneur en ozone demeure faible.

Teneur en ozone et vortex polaire dans l’hémisphère Nord (copyright : NASA).

Parfois en plein hiver, il arrive que le vortex polaire soit malmené par un ou plusieurs réchauffements de la stratosphère (SSW = Sudden Stratospheric Warming). On distingue deux types de réchauffement : les SSW mineurs (impact faible) et majeurs (impact important).

Lors d’un SSW majeur, la stratosphère peut gagner plusieurs dizaines de degrés, déstabilisant voire « éclatant » le vortex polaire en plusieurs parties et changeant le sens des vents zonaux (Ouest –> Est).

Lors de la période hivernale, ces réchauffements viennent de forçages en troposphère ou en mésosphère. Dans la troposphère, si des importantes masses d’air douces et tropicales remontent vers le Pôle Nord, cela fragilise le jet stream qui ondule au lieu d’être rectiligne (ondes de Rossby). Si c’est un SSW majeur, cette « chaleur » peut alors se répercuter vers la stratosphère… Le vortex polaire va alors se déplacer (displacement event) voire se diviser (splitting event). Ce dernier reste le phénomène le plus « extrême » avec une modification totale des vents zonaux.

Displacement Event et Splitting Event. Copyright : Amy H Butler.

Un réchauffement soudain de la stratosphère a donc pour conséquences de modifier la circulation atmosphérique…

Il faut quelques jours à deux semaines en moyenne pour retrouver les répercussions d’un SSW majeur dans la troposphère. Les vents peuvent donc également changer de sens dans la partie la plus basse de l’atmosphère et influencer notre météo. Certains événements de ce type ont donné suite à la vague de froid de février 2012 ou encore à l’hiver froid de 2012/2013 en Europe. Toutefois, une propagation directe des conséquences d’un Sudden Stratospheric Warming vers la troposphère n’est pas forcément systématique : la tropopause (limite de la troposphère et de la stratosphère) peut quelques fois faire « barrage ».

Pour la fin de l’année 2018, comme à son habitude, le vortex polaire, situé dans la stratosphère, était bien solide et concentré près du Pôle Nord.

Copyright : modèle GFS via Météociel (simulation 12z du dimanche 8 décembre 2018).

Vers Noël 2018, un réchauffement brutal de la stratosphère s’est produit (un Sudden Stratospheric Warming = SSW). Sur l’image ci-dessous, on distingue parfaitement bien ce réchauffement vers 10hPa (soit environ 30 km d’altitude) au Nord de la Russie.

Copyright : modèle GFS via Météociel (simulation 12z du lundi 24 décembre 2018).

Après un displacement event fin décembre 2018, nous avons assisté un splitting event début janvier 2019 : le vortex polaire s’est divisé en plusieurs parties.

Copyright : modèle GFS via Météociel (simulation 12z du samedi 05 janvier 2019).

Ce 13 janvier 2019, le vortex polaire stratosphérique a tendance à se re-concentrer vers l’Amérique du Nord.

Copyright : modèle GFS via Météociel (simulation 06z du dimanche 13 janvier 2019).

Vers le 20 janvier, on pourrait retrouver un vortex polaire plus concentré et un peu plus solide vers le Pôle Nord.

Copyright : modèle GFS via Météociel (simulation 06z du dimanche 13 janvier 2019).

Après avoir changé de sens début janvier, les vents zonaux stratosphériques devraient progressivement rechanger de sens, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous (forte baisse des vents zonaux d’Ouest à 10 hPa début janvier puis possible réactivation fin janvier).

Vents zonaux à 10 hPa (copyright : HANNAH E. ATTARD).

Depuis plusieurs jours, les effets de la stratosphère à la troposphère restent assez faibles et très changeants d’un modèle à l’autre. On remarque sur le graphique ci-dessous une lente propagation vers le bas de la stratosphère (changement progressif de la circulation atmosphérique). Dans cette dernière, le Northern Annular Mode (NAM) reste négatif (vents zonaux inversés) alors que dans la troposphère il est plutôt positif. A l’heure actuelle, nous n’observons pas de nette propagation jusqu’à la troposphère même si à long terme, on pourrait observer quelques effets sur le vortex troposphérique avec une modification de la circulation atmosphérique, notamment en dernière décade de janvier. Ainsi, des conditions plus hivernales pourraient éventuellement se mettre en place sur l’Europe.

Propagation de la NAM- de la stratosphère à la troposphère (copyright : modèle GFS via Z. D. Lawrence (NMT)).

On observe d’ailleurs ce changement de circulation atmosphérique sur la basse stratosphère (vers 50 hPa) avec une baisse des vents zonaux d’Ouest.

Vents zonaux à 50 hPa (copyright : modèle GFS via Z. D. Lawrence (NMT)).

Cette baisse des vents zonaux pourrait alors permettre aux hautes pressions de monter vers les hautes latitudes (Scandinavie, Groenland) et favoriser un temps plus hivernal sur les moyennes latitudes (Europe).

Vers une Oscillation Nord Atlantique négative ?

L’Oscillation Nord-Atlantique (NAO) représente la différence de pression entre les Açores et l’Islande.

Effets de l’anomalie positive et négative de l’ONA sur les systèmes météorologiques (copyright : Martin Visbeck et Heidi Cullen et Pierre_cb).

En hiver, plus la différence de pression est grande entre l’anticyclone des Açores et les dépressions vers l’Islande, plus la NAO est positive (30% des régimes en Europe). On observe alors un courant d’Ouest perturbé avec de fréquentes perturbations pluvieuses et venteuses sur l’Europe (notamment sur la partie Nord). Les températures sont alors généralement douces et l’influence est majoritairement océanique. A contrario, moins la différence de pression est grande entre l’anticyclone des Açores et les dépressions vers l’Islande, plus la NAO est négative (20% des régimes en Europe). On constate alors que le courant d’Ouest reste peu actif voire inopérant : l’anticyclone des Açores et les dépressions près de l’Islande changent de place et peuvent même s’inverser. Dans ce cas de figure, le flux peut s’orienter au Nord/Nord Est voire à l’Est, ramenant le froid en Europe de l’Ouest. Comme les hautes pressions remontent vers le Pôle Nord, le vortex polaire est chamboulé et on peut alors observer un displacement event ou un splitting event. Les autres régimes en Europe sont les dorsales (23% des régimes en Europe) et les blocages (27% des régimes en Europe).

Anomalie journalière de pression de surface (millibar) correspondant aux quatre régimes de temps d’hiver (de novembre à mars) sur l’Atlantique Nord. Le pourcentage représente l’occurrence moyenne de ces régimes sur la période 1974-2007 (copyright : CNRS).

Au 10 janvier 2019, les dernières tendances s’orienteraient vers une NAO- vers la fin du mois de janvier, ce qui serait favorable à un temps plus hivernal. Un flux d’Ouest à Sud Ouest perturbé reste peu probable.

Tendance des régimes de temps.

Evolution / tendance de la NAO (copyright : NOAA).

L’influence de la MJO

L’oscillation de Madden-Julian (MJO) est un phénomène atmosphérique tropical sous forme d’une onde que l’on retrouve dans les océans Indien et Pacifique.

Evolution de la MJO entre 30 et 60 jours (copyright : CPC / NOAA).

L’oscillation de Madden-Julian se déroule en 8 phases.

Les 8 phases de la MJO (copyright : NOAA).

Lors de la première décade de janvier 2019, la MJO est passée par une phase 8 active alors qu’elle est plutôt inopérante ce 13 janvier 2019 (proche du centre).

Phases de la MJO via le modèle GFS (copyright : CPC / NOAA).

Généralement, lorsque la MJO passe par la phase 8, les effets se montrent une dizaine de jours plus tard en moyenne. Cette phase est favorable à un régime de dorsale dans l’Atlantique.

Table de contingence entre les phases de la MJO (lignes) et les régimes Nord Atlantique (colonnes) en fonction du déphasage (abscisse) entre les deux, exprimé en jours (MJO en avance). La valeur d »une barre correspond au changement de probabilité d »occurrence (exprimé en %) d »un régime donné pour une phase de MJO donnée, à un déphasage particulier. 100% signifie que le régime pour cette phase de la MJO et pour ce déphasage donné est excité deux fois plus que la normale, 0 étant alors l’occurrence climatologique, -100% voulant dire que le régime n’est alors jamais excité. Les barres transparentes correspondent aux valeurs de changement de probabilité non significatives en terme statistique. Soit par exemple la phase 3. À déphasage 0, i.e. simultanément, le nombre de jours où le régime NAO- apparaît correspond à son occurrence moyenne climatologique (valeur proche de 0%). Il en est de même pour le régime NAO+, alors que le régime de dorsale (ou blocage) a une probabilité plus faible (ou forte) d’être excité (environ 25%). À déphasage +12 jours, correspondant au régime Atlantique 12 jours après la phase 3 de la MJO, on note une probabilité d’occurrence de la NAO- qui est diminuée de près de 30%, alors les chances pour le régime NAO+ sont augmentées d’environ 55%, les régimes de dorsale et de blocage étant peu affectés. Ces changements de probabilité suggèrent une influence de la phase 3 de la MJO sur la NAO privilégiant sa phase positive quelques jours plus tard. De la même manière, les phases 6 et 7 de la MJO tendent à exciter préférentiellement, 10 à 12 jours après, les phases négatives de la NAO, au détriment des régimes NAO+ (copyright : CNRS).

Vers la fin janvier 2019, la MJO serait inopérante puis repasserait progressivement en phases 4, 5 et 6 ce qui serait dans un premier temps moins favorable à un régime de dorsale.

Vers une Oscillation Arctique négative ?

L’Oscillation Arctique (AO) est quasi identique à l’Oscillation Nord Atlantique (NAO) et fonctionne sur les mêmes critères (différence de pression entre le Nord et le Sud de l’hémisphère Nord).

Plus la pression atmosphérique au niveau du pôle est basse, plus l’oscillation arctique est positive. On observe alors un jet stream très actif en altitude avec un courant d’Ouest perturbé (zonal) amenant de fréquentes perturbations pluvieuses et venteuses sur l’Europe (notamment sur la partie Nord). A l’inverse, plus la pression atmosphérique au niveau du pôle est haute, plus l’oscillation arctique est négative. Le jet stream est alors très faible et se déforme / ondule.

Lors d’une AO+, le vortex polaire est très concentré et solide. A contrario, lors d’une AO-, il est instable et à tendance à se déplacer voire à se diviser.

Selon les dernières tendances, une Oscillation Arctique très négative se profilerait pour la fin janvier. Cette prévision serait favorable à des coulées d’air froid aux moyennes latitudes et donc en Europe.

Evolution / tendance de l’OA (copyright : NOAA).

Tendances et perspectives pour fin janvier 2019 et février 2019

Les dernières sorties des modèles saisonniers (long terme) sont plutôt favorables à des températures inférieures aux moyennes de saison pour la fin janvier et début février.

La semaine du 14 au 20 janvier 2019 sera primordiale pour voir de quels côtés la « balance » va pencher. Les hautes pressions pourraient remonter vers le Groenland vers le 20 janvier, favorisant une coulée d’air froid sur l’Europe. Le modèle ECMWF/IFS montre cette éventualité. On voit que le vortex polaire serait malmené aux hautes latitudes avec une puissante poussée anticyclonique vers l’Alaska et un peu plus faible sur l’Atlantique.

Copyright : modèle ECMWF via Météociel (simulation 12z du dimanche 13 janvier 2019).

Ce 13 janvier 2019, la fiabilité reste encore assez mauvaise et il convient de rester prudent sur l’évolution de la situation. Une fenêtre bien hivernale pourrait s’ouvrir fin janvier mais rien n’est encore acquis. Il ne sert absolument à rien d’entrevoir une vague de froid ou le risque neigeux à une échéance encore très lointaine. Pour rappel, on estime le risque neigeux seulement 3 à 4 jours à l’avance voire même 12 à 24h avant l’épisode afin d’être plus précis sur la prévision. La démonstration ci-dessus ne présente que des indices et paramètres nous permettant de nous faire une idée / une tendance sur les semaines à venir. D’autres indices seront aussi à prendre en compte dans les jours qui viennent pour affiner notre prévision. Vous l’aurez compris, un potentiel de froid non négligeable est à suivre fin janvier (NAO- et OA- possibles entres autres) mais rien n’est bien calé et de nombreuses incertitudes demeurent encore à ce jour.

Nos prévisionnistes surveillent avec attention l’évolution de la situation et vous tiendront informés en cas d’événement hivernal important à venir…

Restez informés via notre site et nos réseaux sociaux (facebook et twitter).

Pour consulter la météo près de chez vous –> www.meteo-centre.fr.

N’hésitez pas à consulter régulièrement nos bulletins de vigilances pour plus d’informations.

Tendance météo du 14/01/2019 au 20/01/2019

Les conditions anticycloniques vont temporairement s’installer en début de semaine avant le retour d’un temps possiblement plus perturbé à l’approche du 20 janvier…

Copyright : Association Météo Centre.

Le temps de votre semaine

  • Lundi 14 janvier 2019 : 

Ciel très changeant en journée avec une alternance entre éclaircies et passages nuageux plus ou moins denses.

Températures minimales : +4°C à +7°C d’Est en Ouest. Températures maximales : +7°C à +10°C, d’Est en Ouest. Vent : faible à modéré de secteur Nord Ouest. Fiabilité : bonne.

  • Mardi 15 janvier 2019 : 

Les nuages bas seront fréquents au lever du jour et pourront réduire fortement la visibilité sur nos routes. Ils auront du mal à se dissiper en journée et resteront parfois très tenaces .

Températures minimales : -1°C à +4°C. Températures maximales : +4°C à +7°C. Vent : quasi-nul à faible de secteurs variables. Fiabilité : bonne.

  • Mercredi 16 janvier 2019 :

On retrouverait de nombreuses grisailles au lever du jour. Elles pourraient avoir du mal à se dissiper, notamment sur une moitié Nord de nos régions (surtout au Nord de la Loire). Au Sud, elles pourraient disparaître plus facilement dans le courant de la journée pour laisser place à de belles éclaircies. Un front pluvieux pourrait traverser nos régions d’Ouest en Est dans le courant de la nuit de mercredi à jeudi (chronologie encore à confirmer).

Températures minimales : -3°C à +1°C. Températures maximales : +3°C à +7°C, au Nord de la Loire, +7°C à +10°C au Sud. Vent : faible à modéré de secteur Sud Ouest. Fiabilité : bonne.

  • Jeudi 17 janvier 2019 :

Le front de la nuit se décalerait vers l’Est. A l’arrière, un temps changeant se mettrait en place avec une alternance entre éclaircies et passages nuageux.

Températures minimales : -1°C à +3°C. Températures maximales : +6°C à +8°C, d’Est en Ouest. Vent : faible à modéré de secteur Ouest. Fiabilité : moyenne.

  • Vendredi 18 janvier 2019 :

Une perturbation devrait aborder l’Ouest de nos régions dans le courant de la journée avec des précipitations faibles à modérées et un vent modéré de secteur Sud Ouest. Ciel de plus en plus nuageux à l’avant.

Températures minimales : -1°C à +3°C, d’Est en Ouest. Températures maximales : +5°C à +9°C, d’Est en Ouest. Vent : modéré à très modéré de secteur Sud Ouest. Fiabilité : très moyenne.

  • Weekend du 19 et 20 janvier 2019 :

Un weekend assez mitigé et frais se profilerait (à confirmer).

Fiabilité : très moyenne.

N’hésitez pas à consulter régulièrement nos vigilances ! Pour des prévisions plus détaillées : www.meteo-centre.fr.

Pour la dernière décade de janvier, on surveillera un temps possiblement plus froid et humide sur le pays et nos régions (tout cela restera encore à confirmer ces prochains jours).

Bonne semaine à toutes et à tous !

Fréquentes gelées ce 11 janvier 2019…

Comme prévu, les gelées ont été fréquentes ce vendredi 11 janvier 2019 : on a relevé jusqu’à -7°C à Nevers (Nièvre) !

Bilan des températures minimales inférieures à +3°C le 11 janvier 2019 (d’après les données des réseaux Météo Centre & METAR). Cliquez sur l’image ci-dessus pour l’agrandir.

Ce vendredi après midi, quelques flocons souvent anecdotiques seront temporairement possibles vers l’Est de nos régions, notamment entre Yonne et Allier et de préférence sur les hauteurs.

Pour consulter la météo près de chez vous –> www.meteo-centre.fr

N’hésitez pas à consulter régulièrement nos bulletins de vigilances pour plus d’informations.

Quelques flocons sur l’Est de nos régions ce vendredi…

Avec le passage d’une faible perturbation sur nos régions ce vendredi, quelques flocons sont très temporairement attendus à l’avant sur l’Est de nos régions, notamment de l’Yonne à l’Allier…

Copyright : Association Météo Centre.

Explications

Un puissant anticyclone reste bloqué sur le proche atlantique nous garantissant un temps de saison à frais sur le pays et nos régions. Par le Nord du pays, un front chaud va s’infiltrer en donnant des précipitations généralement faibles ce vendredi 11 janvier 2019. Au contact de l’air froid, elles se feront sous forme de neige dans l’Est et de pluie en dirigeant vers l’Ouest…

Copyright : modèle GFS via Météociel (simulation 12z du jeudi 10 janvier 2019).

Evolution de la situation

Dans le courant de la nuit de jeudi à vendredi, le front chaud va aborder le Nord du pays. Sur nos régions Centre-Val de Loire et Centrales, on retrouvera des températures souvent inférieures ou proches de 0°C avec un ciel partagé entre éclaircies nocturnes et passages nuageux plus ou moins denses selon les départements. Les gelées seront fréquentes au Sud de la Loire et notamment entre Berry, Bourbonnais, Sologne, Icaunais, Morvan et Nivernais où elles seront parfois marquées en campagne (localement -4°C/-5°C entre Sud Berry, Morvan et Bourbonnais).

Vendredi matin, au réveil, les gelées seront nombreuses au Sud de la Loire avec -3°C à 0°C attendus en moyenne (localement -4/-5°C vers le Sud Est) et quelques brouillards possibles ici et là. Au Nord, les températures seront légèrement positives (0 à +3°C) avec un ciel souvent de plus en plus couvert. Dans le courant de la matinée, le front arrivera sur le Nord de nos régions avec des précipitations faibles sous forme de bruines sur le Nord du Centre-Val de Loire (Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Loiret) et de pluie-neige mêlée et/ou quelques flocons sur l’extrême Est du Loiret et l’Yonne. Au Sud, le ciel se couvrira petit à petit par le Nord.

Dans le courant de l’après midi de vendredi, le front continuera sa progression vers le Sud. Il s’agira de bruines ou pluies très faibles par intermittence sur une bonne partie du Centre-Val de Loire avec des températures maximales comprises entre +3°C et +6°C d’Est en Ouest. La pluie remplacera progressivement les quelques flocons présents sur l’Yonne. Sur la Nièvre, le Sud et l’Est du Berry (reliefs) et le Nord du Bourbonnais, on pourra observer temporairement de la pluie-neige mêlée, voire quelques flocons à l’avant du front au contact de l’air froid. Les températures seront souvent comprises entre +1°C et +3°C sur la façade Est (Yonne à Allier) et l’extrême Sud / Sud Est du Berry.

Entre la fin d’après midi et la soirée, on pourra observer encore quelques flocons sur le Bourbonnais, notamment sur les hauteurs. Ailleurs, on observera un temps calme avec quelques bancs de brouillard et bruines ici et là. Là où la neige aura tenu en plaine, elle fondra facilement avec des températures souvent positives.

Au passage du front, on pourrait localement observer un très léger saupoudrage temporaire (0 à 1 cm), de préférence sur l’Est de l’Yonne, la Nièvre, l’Allier et l’extrême Sud / Sud Est du Berry. Les hauteurs sont les plus exposées à une tenue (notamment le Morvan et le relief bourbonnais avec localement plus de 2 cm). En plaine et notamment en ville, un saupoudrage semble compliqué. Aucune quantité significative de neige n’est attendue (pas de grosses difficultés de circulation à prévoir à priori).

Carte risque neigeux valable du vendredi 10 janvier 06h au samedi 12 janvier 2019 06h (copyright : Association Météo Centre).

Notre weekend du 12 et 13 janvier s’annonce bien mitigé avec un temps souvent bien nuageux et parfois humide. Les températures seront en hausse, notamment dimanche.

Restez informés via notre site et nos réseaux sociaux (facebook et twitter).

Pour consulter la météo près de chez vous –> www.meteo-centre.fr.

N’hésitez pas à consulter régulièrement nos bulletins de vigilances pour plus d’informations.

Tendance météo du weekend du 12/01/2019 & 13/01/2019

Notre weekend s’annonce très mitigé sur nos régions Centre-Val de Loire et Centrales avec un ciel souvent très nuageux et un temps parfois humide…

Copyright : Association Météo Centre.

Le temps de votre weekend 

  • Samedi 12 janvier 2019 :

Journée globalement calme et souvent grise avec quelques trouées ici et là pour les plus chanceux. Quelques gouttes seront possibles par endroits. Entre la soirée et la nuit suivante, une perturbation arrivera par le Nord et amènera quelques bruines ou pluies faibles par intermittence sur la plupart de nos départements. Quelques flocons temporaires seront possibles à l’avant du front sur les sommets du Morvan et sur la montagne bourbonnaise.

Températures minimales : +1°C à +4°C. Températures maximales : +4°C à +8°C, d’Est en Ouest. Vent : faible à modéré de secteurs Nord Ouest à Sud Ouest. Fiabilité : bonne.

  • Dimanche 13 janvier 2019 :

Journée souvent grise avec quelques bruines ou gouttes par endroits. Quelques rares trouées seront possibles pour les plus chanceux. Les températures seront en hausse.

Températures minimales : +3°C à +7°C du Sud Est au Nord Ouest. Températures maximales : +7°C à +10°C, d’Est en Ouest. Vent : modéré de secteur Ouest. Fiabilité : bonne.

N’hésitez pas à consulter régulièrement nos bulletins de vigilances sur notre site.

Pour des prévisions plus détaillées : www.meteo-centre.fr