Archives par étiquette : morvan

Qu’est ce que l’inversion de température ?

Ces derniers jours, malgré une masse d’air plutôt douce en altitude, les gelées ont été fréquentes dans les plaines et les vallées… Mais pourquoi ?

Mer de nuages au-dessus de Vichy, Allier, le 30 décembre 2016 (copyright : David Bournadet pour Association Météo Centre).

En situation normale

En situation normale, plus on monte en altitude, plus la température de l’air diminue (environ 6,5°C en moyenne tous les 1000m) jusqu’à la tropopause. Les masses d’air chaud et les polluants peuvent s’échapper assez facilement dans la troposphère.

Situation normale / pas d’inversion de température (copyright : Association Météo Centre).

En situation d’inversion de température

En situation d’inversion de température, le gradient de température est positif ou nul (la température monte avec l’altitude). Comme l’air froid est plus lourd que l’air chaud, celui-ci descend vers le sol, tandis que l’autre monte. La couche d’inversion peut aller de quelques dizaines de mètres à plusieurs centaines de mètres. On observe principalement cette inversion thermique en période hivernale. En effet, le soleil étant bas dans le ciel et chauffant peu les sols, l’inversion thermique ne s’estompe pas si facilement.

En hiver, lors d’une période prolongée de hautes pressions (comme actuellement), l’anticyclone va agir comme un « couvercle » emprisonnant l’air froid et les polluants en basses couches (possible « smog »), surplombés en altitude par de l’air plus doux. A la limite de ces deux masses d’air, on constate généralement une couche de stratus ou stratocumulus (mer de nuages observée depuis les hauteurs) mais ce n’est pas toujours le cas (divers facteurs en dépendent : taux d’humidité dans l’air, températures, reliefs, mouvements des masses d’air, etc).

Situation d’inversion de température (copyright : Association Météo Centre).

En général, une couche d’inversion peut se former de plusieurs manières :

  • l’inversion de subsidence : elle se forme dans des conditions très calmes en basses couches, lorsqu’un anticyclone assez costaud ramène de l’air d’origine subtropical en altitude. Cet air doux descend vers le sol et plaque l’air froid vers le sol, notamment dans les vallées, piégées par les reliefs jouant le rôle de « barrières ». Ainsi, des brouillards peuvent se former près du sol si le point de rosée est atteint (température à laquelle la vapeur d’eau contenue dans l’air arrive à saturation et se condense = transforme en gouttelettes).
  • l’inversion nocturne : durant les nuits d’hiver et par ciel dégagé, l’air se refroidit rapidement près du sol par rayonnement infrarouge. La masse d’air près du sol est donc plus froide que celle la surplombant (parfois plus de 10°C d’écart sur quelques centaines de mètres). Ainsi, dans certains cas, il arrive que des brouillards se forment près du sol. Si ces derniers se dissipent rapidement ou qu’ils sont absents, l’inversion s’annule. A contrario, s’ils persistent, l’inversion va se maintenir plus longtemps.
  • l’inversion frontale : lors du passage d’un front chaud, l’air doux va petit à petit remplacer l’air froid. Cependant, comme l’air doux est plus léger que l’air froid, celui-ci va glisser sur l’autre et par conséquent, il va limiter l’évacuation de l’air plus froid en basses couches. La couche d’inversion se forme au contact des deux masses d’air.
  • l’inversion d’advection : elle se produit lorsqu’une masse d’air passe sur un sol plus froid (sol gelé et/ou enneigé, rivière, lac, etc). L’air près du sol va alors se refroidir tandis que la masse d’air le surplombant se montrera plus douce.
Mer de nuages au-dessus de Vichy, Allier, le 30 décembre 2016 (copyright : David Bournadet pour l’Association Météo Centre).
Mer de nuages près du Morvan, le 29 décembre 2019 (copyright : Pierre Péchin).

Ce phénomène se termine lorsque l’anticyclone se rétracte/s’affaiblit, lorsqu’une perturbation balaie la région concernée ou bien lorsque le vent se lève.

A noter qu’en hiver, lorsque les pressions varient énormément, elles peuvent perturber les ondes de la télévision notamment. Ces dernières peuvent aussi être gênées par une hausse brusque du mercure.

[R.S.M.C] – Nouvelle station Météo dans le Morvan (58) – Régions Centre et Centrales

Bonjour à toutes et à tous,

une nouvelle station météo Davis Vantage Pro 2 a rejoint le Réseau des Stations Météo Centre (R.S.M.C).

Elle se situe en plein coeur du Morvan sur le territoire de la commune de Fâchin (58)  à 670m d’altitude. Ceci en fait la station la plus haute de notre réseau.

Pour découvrir ou re-découvrir notre réseau  : cliquer ici

N’hésitez pas à nous contacter pour intégrer notre réseau : cliquer ici

Bonne journée et bonne semaine à toutes et à tous.

Station Météo Davis Vantage Pro 2

Station Météo Davis Vantage Pro 2

Morvan : Chutes de neige 1.200 clients sans électricité

800 clients privés d’électricité dans la journée de mercredi, puis 1.200 aujourd’hui jusqu’en milieu d’après-midi.

Les premières chutes de neige sur la Nièvre continuent à perturber la vie quotidienne des Nivernais majoritairement dans le Morvan.

Sylvie Anne, directrice d’ErDF (Électricité réseau Distribution de France) Nièvre établissait ce constat, hier matin, après les dégâts subis par les lignes du fournisseur historique quand le poids de la neige a fait chuter des branches voire des arbres tout entiers.

Une vingtaine de communes, majoritairement situées dans le Morvan ont été touchée : Alluy, Anlezy, Cercy-la-Tour, Château-Chinon Campagne, Châtillon-en-Bazois, Diennes-Aubigny, Dommartin, Dun-les-Places, Fertrève, Larochemillay, Montigny-sur-Canne, Moulins-Engilbert, Préporché, Saint-Agnan, Saint-Gratien-Savigny, Saint-Hilaire-en-Morvan, Saint-Léger-de-Fougeret, Tintury, Verneuil et Ville-Langy.

l-offense-de-la-neige-se-poursuit-en-morvan-2_1358277

Branches et arbres plient ou cassent sous le poids de la neige comme ici le long de la route départementale Château-Chinon-Arleuf. – HENNEQUIN PATRICE

Source : lejdc.fr

 

 

 

Les premières neiges de Novembre

Bonsoir à toutes et à tous,

 

En ce milieu de semaine les températures ont baissé avec un vent de Nord nettement plus sensible, ce qui a transformé les précipitations liquides sous forme solides dés les premiers reliefs. Et oui, la neige a bel et bien fait son apparition sur nos régions.

 

« Sur sa page Facebook, le Parc Naturel du Morvan a posté cet après-midi une photo (partagée plus de 50 fois) montrant que les premières neiges de la saison sont tombées aujourd’hui.

Les commentaires indiquent les endroits où la neige est tombée :

– Ça y est….il tombe quelque chose à Lormes, qui ressemble à de la neige mais qui ne tient pas… à suivre!!!
– à Arleuf c’est tous gris et ça tombe bien
– sur Rouvray ca tombait il y a peu mais ne tenait pas (pas encore en tous les cas!!!)
Saint Brisson c’est le grand Nord ! A Lormes juste une belle averse de neige
– à Alligny, une grosse averse tout à l’heure mais dans la vallée ça ne tient pas »

 

Source : Le Journal du centre  .

 

Si vous avez des photos pour illustrer cet épisode neigeux, n’hésitez pas à nous les faire parvenir par le biais de la galerie photo du site.

 

Bonne soirée à toutes et tous .

Nièvre : la situation de sècheresse reste toujours préoccupante

Dans un communiqué reçu vendredi 28 octobre 2011, la préfecture de la Nièvre annonce la prolongation de l’application des mesures de restriction des usages de l’eau jusqu’au 30 novembre.

« Sécheresse : la situation reste toujours préoccupante.

S’il a beaucoup plu en août, la première quinzaine de septembre s’avère relativement sèche et les prévisions pour les jours à venir confirment cette tendance. En conséquence il faut rester vigilant, en particulier sur le risque d’impact des vidanges d’étangs sur le milieu. Face à cette situation, le comité départemental des usagers de l’eau a été consulté par écrit du 25 au 27 octobre et a décidé de prolonger l’application des mesures de restriction prévues dans l’arrêté du 23 septembre jusqu’au 30 novembre.

Depuis le 1er octobre, le cumul de précipitations au 21 octobre était généralement compris entre 20 et 30 mm sur le département, ce qui est inférieur à la normale d’environ 20 à 40 %. En conséquence du manque de pluie depuis mi-septembre, l’humidité des sols superficiels est inférieure à la normale sur la plus grande partie du département. Elle est toutefois quasiment revenue à la normale sur le Morvan. Des passages pluvieux sont attendus en milieu de semaine prochaine, mais avec des pluies qui s’annoncent modérées.

Sur l’ensemble du département, on constate une stagnation de la situation des cours d’eau alors que les débits à cette période de l’année ainsi que le niveau des nappes devraient être à la hausse. Cette constatation incite à rester prudent sur la levée des restrictions et c’est pour cette raison que le comitédépartemental des usagers a décidé, suite à une consultation écrite, de prolonger l’application des mesures de restriction jusqu’au 30 novembre 2011. La vigilance reste de mise, les débits des cours d’eau sont encore faibles et la situation reste fragile dans certaines zones du département.

La vidange des étangs constitue l’enjeu majeur pour la préservation des milieux aquatiques de l’automne. En niveau d’alerte, seule la vidange des plans d’eau entretenus régulièrement, c’est-à-dire vidangés avec une fréquence de 1 à 4 ans, est autorisée sous condition de prendre toutes les précautions nécessaires pour limiter l’impact sur le milieu. Afin de ne pas pénaliser la ressource une attention particulière devra toutefois être portée aux prélèvements en vue du remplissage ou du maintien du niveau d’eau. Un débit réservé (correspondant à 1/10ème du débit moyen interannuel) doit en permanence être laissé dans les cours d’eau servant à cette alimentation.

L’arrêté préfectoral des restrictions des usages de l’eau du 23 septembre 2011 et modifié par l’arrêté du 28 octobre 2011 est consultable sur le site Internet de la préfecture www.nievre.gouv.fr.

Il sera également tenu à la disposition du public à la préfecture de la Nièvre – Bureau de la communication interministérielle et de la documentation, dans les sous-préfectures de CHÂTEAU-CHINON, de CLAMECY, de COSNE-COURS-SUR-LOIRE, ainsi que dans les mairies du département. Pour tous renseignements (notamment le détail des mesures et les vidanges d’étangs), vous pouvez vous adresser à la DDT au 03.86.71.71.71. »

Source : http://www.dijonscope.com/