Archives par étiquette : Orages

Bilan des orages et des pluies du 22 et 23 octobre 2020

BILAN DES ORAGES ET DES PLUIES DU 22 ET 23 OCTOBRE 2020

Comme prévu, des orages et pluies parfois soutenues ont concerné une partie de nos régions Centre-Val de Loire et Centrales entre ces 22 et 23 octobre 2020, notamment entre le Berry, la Sologne et l’Auxerrois…

Grêle à Cap-Sud, Châteauroux, Indre, le 22 octobre 2020, vers 18h (copyright : Florentin Cayrouse / Association Météo Centre)

Explications

Entre ces 22 et 23 octobre 2020, à la faveur d’un flux de Sud dynamique, de lignes de convergence bien dessinées et de la présente d’une limite frontale et d’une masse d’air instable, des pluies soutenues et des orages faibles à modérées (à localement forts) se sont développées entre le Sud-Ouest et le Nord-Est du pays (Sud-Ouest du Centre-Val de Loire à l’Auxerrois sur nos régions centrales).

Animation satellite visible en France le 22 octobre 2020 entre 12h et 17h (Source : EUMETSAT via Météociel).
Animation satellite visible en France le 23 octobre 2020 entre 09h et 17h (Source : EUMETSAT via Météociel).

Bilan

Dans le courant de l’après-midi de jeudi, les premières averses et/ou orages se sont formées sur un axe Berry/Auxerrois. Entre la fin d’après-midi et la soirée, les orages se montrés parfois actifs, notamment vers le Berry.

Radar précipitations entre le jeudi 22 octobre 13h30 et le vendredi 23 octobre 00h30 (copyright : Association Météo Centre).
Impacts de foudre le jeudi 22 octobre entre 14h et 23h (copyright : Association Météo Centre).

Ces orages ont donné localement d’importantes chutes de grêle avec des grêlons de l’ordre de 1 à 4 cm sur certains secteurs entre Châteauroux et Bourges.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un axe pluvieux actif a circulé principalement entre le Sud-Ouest du Centre et la Bourgogne sans activité électrique.

Radar précipitations le vendredi 23 octobre entre 00h30 et 11h (copyright : Association Météo Centre).

Vendredi, une salve pluvio-orageuse à dominante très pluvieuse a circulé entre le Berry, l’Auxerrois, le Nivernais, le Morvan et le Bourbonnais sans sévérité particulière.

Radar précipitations le vendredi 23 octobre entre 11h et 18h (copyright : Association Météo Centre).
Impacts de foudre le vendredi 23 octobre entre 12h et 18h (copyright : Association Météo Centre).

Entre jeudi et vendredi, on a relevé de bons cumuls de pluie par endroits entre le Berry, la Sologne et l’Auxerrois principalement. Entre les 22 octobre 08h et 24 octobre 08h, on a par exemple mesuré sur les réseaux Météo France et Météo Centre (cumuls > à 15 mm) : 15,5 mm à Romorantin (41), 15,6 mm à Luçay-le-Mâle (36), 15,9 mm à Auxerre-Perrigny (89), 16,2 mm à Saint-Firmin-des-Bois (45), 16,4 mm à Levroux (36), 16,6 mm à Issoudun-le-Fay (36), 16,8 mm à Colombiers (18), 17,4 mm à Sandillon (45), 17,7 mm à Nevers (58), 18,4 mm à Saint-Epain (37), 18,6 mm à La Marche (58), 19,4 mm à Orçay (41), 21 mm à Luçay-le-Libre (36), 21,2 mm à Villegouin (36), 22,6 mm à Villemurlin (45), 23,4 mm à Avord (18), 26,6 mm à Tonnerre (89), 26,8 mm à Joigny (89), 27,3 mm à Châteauroux-Déols (36), 30,1 mm à Rosnay (36), 30,2 mm à Brinon (18), 30,8 mm à Les Bordes (36), 33,4 mm à Bourges (18), 35 mm à Saint-Maur (36), 37,2 mm à Saint-Michel-en-Brenne (36), 39,8 mm à Salbris (41) ou encore 41 mm à Molesmes (89). Ces cumuls sont l’équivalent de deux semaines de pluie sur certains secteurs.

Cumuls de pluie ce 22 octobre 2020 (copyright : Météo France via Météociel).
Cumuls de pluie ce 23 octobre 2020 (copyright : Météo France via Météociel).

Photos

Orage grêligène à Saint-Maur, Indre (copyright : Ludovic Pichon / Association Météo Centre).
Orage grêligène à Saint-Maur, Indre (copyright : Ludovic Pichon / Association Météo Centre).
Orage grêligène vu depuis Ardentes, Indre (copyright : François Vareillaud pour Météo Centre)
Orage grêligène vu depuis Ardentes, Indre (copyright : François Vareillaud pour Météo Centre)
Orage grêligène vu depuis Ardentes, Indre (copyright : François Vareillaud pour Météo Centre)
Grêle à Châteauroux, Indre (copyright : Betty La Rebelle pour Météo Centre).
Grêle à Châteauroux, Indre (copyright : Véronique Rabier pour Météo Centre).
Grêle dans l’Indre, à Ségry (copyright : Françoise Augay).

Perspectives pour l’été 2020…

En ce lundi 1er juin 2020, premier jour de l’été météorologique, voici les dernières tendances météo du prochain trimestre Juin 2020 – Juillet 2020 – Août 2020…

Copyright : iStock.

Un printemps 2020 globalement chaud et sec malgré un début mars et un début mai arrosés…

Le printemps météorologique s’est achevé ce 31 mai 2020… Malgré quelques périodes froides (fin mars et mi-mai notamment), c’est la douceur et la chaleur qui ont dominé les débats.

Copyright : Météo France.

Après un hiver déjà exceptionnellement doux, notre printemps météorologique 2020 (+1,7°C) se classe donc parmi les plus chauds jamais enregistrés en France (le 2ème, derrière 2011 (+2°C), d’après Météo France).

Copyright : Météo France.

En faveur de conditions globalement anticycloniques, l’ensoleillement a été très généreux, notamment sur le Nord de la France.

Copyright : Météo France.

Hormis entre le centre-Ouest le Sud-Ouest et près de la Méditerranée où elles ont plutôt été excédentaires, les précipitations se sont montrées déficitaires sur le Nord et l’Est du territoire français.

Copyright : Météo France.

Par conséquent, une importante sécheresse de surface s’est installée, notamment sur un bon 1/4 Nord Est de la France avec des sols secs de fréquence au moins quinquennale fin mai.

Copyright : Météo France.

Sur nos régions Centre-Val de Loire et Centrales, malgré des pluies bénéfiques début mars et début mai, nos sols ont manqué d’eau lors de ce printemps 2020 (hormis sur quelques localités). En effet, sur les principales stations de Météo France, on a relevé sur l’ensemble du printemps météorologique 2020 :

  • Auxerre-Perrigny (89) : 93,6 mm (moyenne habituelle : 174,8 mm, soit -46%) ;
  • Avord (18) : 137 mm (moyenne habituelle : 195,5 mm, soit -30%) ;
  • Blois (41) : 138,2 mm (moyenne habituelle : 149,2 mm, soit -7%) ;
  • Bourges (18) : 142,1 mm (moyenne habituelle : 194,2 mm, soit -27%) ;
  • Chartres (28) : 105,3 mm (moyenne habituelle : 144,1 mm, soit -27%) ;
  • Châteaudun (28) : 163,6 mm (moyenne habituelle : 153,7 mm, soit +6%) ;
  • Châteauroux (36) : 205,9 mm (moyenne habituelle : 191,2 mm, soit +8%) ;
  • Nevers (58) : 155,5 mm (moyenne habituelle : 203,1 mm, soit -23%) ;
  • Orléans-Bricy (45) : 150,9 mm (moyenne habituelle : 160 mm, soit -6%) ;
  • Romorantin (41) : 137,5 mm (moyenne habituelle : 178,8 mm, soit -23%) ;
  • Tours (37) : 145,2 mm (moyenne habituelle : 168,4 mm, soit -14%) ;
  • Vichy-Charmeil (03) : 143,4 mm (moyenne habituelle : 211,7 mm, soit -32%).
Cumuls des précipitations sur la période Mars 2020 – Avril 2020 – Mai 2020 sur les régions Centre-Val de Loire et Centrales (source données : Météo France / copyright : Association Météo Centre). Cliquez sur l’animation pour l’agrandir.

Au 24 mai 2020, le niveau des nappes phréatiques sur nos régions Centre-Val de Loire et centrales est globalement proche de la normale même si la tendance est à la baisse avec l’arrivée de l’été

Niveau des nappes phréatiques au 24 mai 2020 (copyright : DREAL Centre-Val de Loire).

Après un début d’année (hiver + printemps) sur le podium des plus chauds jamais mesurés en France, cette tendance plus chaude que la normale pourrait-elle perdurer ?

Vers un été de saison à plus chaud que la normale ?

Qu’est ce que la prévision saisonnière ?

La prévision saisonnière est une tendance météorologique à long terme. A contrario des prévisions classiques à une échéance de quelques jours, elles restent approximatives. En effet, il est impossible de prévoir la chronologie exacte des mois à venir ni de localiser où une vague de chaleur va se produire plusieurs mois à l’avance. Néanmoins, ces prévisions saisonnières donnent un scénario le plus probable sur le ou les mois à venir : elles nous renseignent sur l’anomalie de températures et de précipitations sur une région donnée. Ces prévisions sont réalisées à partir de modèles et indices météo issus de différents pays. A ce jour, elles restent encore « expérimentales » malgré les progrès dans ce domaine au cours de ces dernières années. Les données présentées ici sont donc à prendre avec un certain recul.

Quelle tendance se dégage sur les modèles météo ?

D’après l’ensemble des principaux modèles saisonniers, une anomalie anticyclonique ressort avec un anticyclone des Açores plus gonflé que d’habitude. Cela serait donc propice à la formation de probables blocages anticycloniques et d’un temps globalement estival sur la France. Si l’anticyclone se positionne vers l’Europe Centrale et du Nord, cela favorisera des vagues de chaleur. En effet, comme les vents tournent dans le sens des aiguilles d’une montre autour d’un anticyclone dans l’hémisphère Nord, le positionnement de celui-ci sur l’Europe Centrale / du Nord entraîne un flux de Sud à Est sur la France, propice à la remontée d’air chaud et sec sur notre territoire. Dans certains cas, cela peut provoquer des épisodes de canicule (si le blocage perdure dans le temps). Nous insistons bien sur le fait qu’il est impossible de prévoir une canicule plusieurs semaines à l’avance malgré quelques signaux favorables.

Anomalies de pression au niveau de la mer envisagées par l’ensemble des modèles Met Office, Météo France, ECMWF, CMCC, DWD pour la période juin-juillet-août 2020 (copyright : Copernicus Climate Change Service).
Anomalies de géopotentiel envisagées par l’ensemble des modèles Met Office, Météo France, ECMWF, CMCC, DWD pour la période juin-juillet-août 2020 (copyright : Copernicus Climate Change Service).

Ainsi, dans cette configuration météorologique, les températures se montreraient globalement plus chaudes que la normale, particulièrement autour du bassin méditerranéen. Sur le Nord / Nord-Ouest de l’Europe, les températures seraient probablement assez proches des normes. Sur la France, l’anomalie chaude serait plus probable sur un bon 1/4 Sud Est alors qu’aucune anomalie particulière ne se dégagerait vers le Nord Ouest.

Anomalies de température envisagées par l’ensemble des modèles Met Office, Météo France, ECMWF, CMCC, DWD pour la période juin-juillet-août 2020 (copyright : Copernicus Climate Change Service).

Côté précipitations, il existe encore de nombreuses incertitudes sur les modèles. Toutefois, on distingue une anomalie sèche plus prononcée vers le Sud / Sud Est de l’Europe, notamment vers le bassin méditerranéen. Vers le Nord de l’Europe, les précipitations se montreraient de saison à supérieures aux normes. En France, aucun scénario n’est privilégié à l’heure actuelle même si une tendance plus sèche que la normale pourrait se profiler sur une partie du pays, notamment au Sud. A priori, les précipitations se feraient essentiellement sous forme d’orages (comme souvent en période estivale).

Anomalies de précipitations envisagées par l’ensemble des modèles Met Office, Météo France, ECMWF, CMCC, DWD pour la période juin-juillet-août 2020 (copyright : Copernicus Climate Change Service).

Quelle tendance d’après notre association Météo Centre et Météo France ?

D’après l’un de nos prévisionnistes à l’association Météo Centre, responsable des prévisions saisonnières, notre été se montrerait de saison à plus chaud que la normale mais ne serait pas semblable à celui de 2019 qui était très chaud et très sec :

  • Juin : ce premier mois de l’été météorologique se montrerait un peu plus chaud que la normale avec une alternance entre périodes instables (surtout en première quinzaine) et plus calmes et estivales (surtout en deuxième quinzaine). Il n’y a pas de situation propice à un schéma de canicule à priori.
  • Juillet : ce mois de juillet serait à priori estival avec des coups de chaud classiques pour la saison. Une tendance sèche semblerait également s’affirmer.
  • Août : aucune tendance particulière ne se profilerait pour l’instant pour ce dernier mois de l’été météorologique (nombreuses incertitudes) : les modèles pencheraient sur un temps de saison (certains optent pour un temps plus frais et humide). A affiner…

Sur l’ensemble de la période estivale, certains secteurs seraient plus gravement touchés par la sécheresse que d’autres en fonction des orages.

Météo France, l’organisme de référence en France, envisage une tendance plus chaude que la normale : « Les températures devraient être globalement supérieures aux normales à l’échelle du trimestre sur le sud de l’Europe. La probabilité la plus forte pour un tel signal se situe sur le sud-est du continent, qui connaît déjà des conditions de sécheresse printanière. En revanche sur la façade Atlantique et sur le nord de l’Europe, les conditions semblent réunies pour que l’influence océanique limite la montée des températures. » 

Copyright : Météo France.

Toujours d’après Météo France, « Le temps devrait être plus pluvieux que la normale sur les pays scandinaves où dominerait une influence océanique. Sur le sud de l’Europe, y compris la moitié sud de la France, on s’attend à des conditions globalement plus sèches que la normale. Sur le reste du continent, y compris la moitié nord de la France, l’incertitude des prévisions est plus importante et aucun scénario n’est privilégié pour ce trimestre. »

Copyright : Météo France.

Questionnement / Réflexion

Dans un contexte de réchauffement climatique, les étés chauds sont de plus en plus fréquents et les mois présentant une anomalie froide deviennent rares. D’après la conclusion du groupe de recherche World Weather Attribution, on sait également que l’activité humaine a un impact non négligeable sur l’intensité des canicules aujourd’hui. Les canicules de juin et juillet 2019 auraient été par exemple moins fortes dans un climat non réchauffé par l’Homme (jusqu’à +4°C de moins pour juin 2019!). La probabilité qu’un été plus chaud que la normale se produise à l’avenir est donc plus fréquente. Toutefois, même si l’été 2020 s’annonce globalement de saison à chaud, cela ne veut pas forcément dire qu’il fera chaud durant toute la période estivale… D’autant plus qu’une configuration météorologique prédominante peut cacher de nombreuses disparités. Des surprises peuvent très vite arriver en météo… Il convient donc d’être prudent sur les affirmations certaines en météorologie. Il faut savoir prendre du recul !

Conclusion

Les dernières tendances en France s’orientent donc vers une période Juin 2019 – Juillet 2020 – Août 2020 de saison à plus chaude que la normale et donc vers un été plutôt agréable alternant entre périodes instables et très ensoleillées. Les secteurs non touchés par les orages seraient plus gravement impactés par la sécheresse. A priori, l’été à venir ne serait pas aussi chaud que l’été précédent (2019) mais nous restons prudents sur cette affirmation. Le risque de canicule est loin d’être négligeable mais il est impossible d’en prévoir une autant à l’avance. Même si la chaleur devrait prédominer en France, cela n’empêchera pas quelques incursions plus « fraîches » et plus océaniques notamment sur le Nord / Nord Ouest du pays.

Pour recevoir les prévisions saisonnières précises et détaillées pour les mois à venir, n’hésitez pas à adhérer à notre association.

Restez informés via nos réseaux sociaux (facebook et twitter).

Pour consulter la météo près de chez vous –> www.meteo-centre.fr

Les orages ont laissé des traces – France 3 Bourgogne Franche-Comté

Bonjour à toutes et à tous,

suite aux orages ayant touché la façade Est de nos régions, France 3 Bourgogne France-Comté a publié un article reprenant certaines de nos informations :

Chutes de grêle dans la Nièvre (58)
Chutes de grêle dans la Nièvre (58)

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-nievre-saone-loire-orages-grele-ont-laisse-traces-1711847.html?fbclid=IwAR3oCBEwGYSVbrjoF2G3RG0WwdVMC0m-twUG6reJhmTQdYPAyjtZIQOf8po

Orages dans le Sud du Cher – Le Berry Républicain

Si l’orage a été violent dans le sud du Cher, c’est parce qu’un mésocyclone s’est formé

L’association de bénévoles passionnés Météo Centre revient sur le phénomène que des habitants du sud du Cher ont pu observer vendredi, lors du violent orage qui a causé des dégâts.

Vendredi en milieu d’après-midi, un orage s’est formé entre le sud-est de l’Indre et le sud du Cher, puis est remonté vers le nord-est en direction de la Nièvre. Dans le secteur de Sancoins, la station Météo France nous avait affirmé samedi que des arbres et des poteaux électriques n’avaient pas résisté aux intempéries.

« Une zone de rotation au sein d’un orage »

Selon Météo Centre, une association de bénévoles passionnés qui est revenue sur le phénomène sur leur site internet ce dimanche, cet orage a « dévié légèrement du flux principal (…), ce qui est caractéristique d’une supercellule ». Or, un orage supercellulaire s’accompagne de grêles, de vents très importants, « assez virulents et dans plusieurs directions », voire de possibles tornades. Il est aussi composé d’un « mésocyclone », autrement dit une « zone de rotation au sein d’un orage. »

Les chasseurs d’orage de Météo Centre nous dévoilent leurs plus beaux clichés

Ont été constatées des macrorafales, engendrées par « une importante intrusion d’air sec à environ 3/4 kilomètres d’altitude se heurtant à une autre masse d’air qui va finir par se refroidir. Ainsi, comme l’air froid est plus lourd, il va descendre et s’étaler vers le sol en provoquant de virulentes rafales descendantes. »

Les macrorafales de cet orage particulier ont ainsi créé des dégâts sur l’axe Sancoins (Cher) et Saincaize-Meauce / Sermoise-sur-Loire / Saint-Éloi / Sauvigny-les-Bois / Saint-Jean-aux-Amognes / Saint-Benin-d’Azy / Saxi-Bourdon (Nièvre), sur un couloir long de plus de 4 kilomètres. L’association publie même des photos de maisons endommagées. Si Sancoins a été impacté, c’est la zone sud-est de Nevers qui a été la plus touchée.

Une tornade est passée sur une commune du Berry [photos]

Source : https://www.leberry.fr/amp/sancoins-18600/actualites/si-l-orage-a-ete-violent-dans-le-sud-du-cher-c-est-parce-qu-un-mesocyclone-s-est-forme_13621795/?__twitter_impression=true&fbclid=IwAR3lkjB2wVJMNlDx5ufoaq1b3SA2WXlb-j1KFqoyJtIgQOLs7HlJUq4mXVM

Bilan des orages du 08 mai et du coup de vent du 09 mai 2019

Comme prévu, en liaison avec la dépression Yukon, des orages et des vents parfois forts ont concerné nos régions Centre-Val de Loire et Centrales entre ces 08 et 09 mai 2019…

Bilan des rafales de vent supérieures à 70 km/h, entre les 08 et 09 mai 2019 (d’après les données des réseaux Météo Centre & METAR). Cliquez sur l’image ci-dessus pour l’agrandir.

Explications

Une dépression, nommée Yukon, s’est rapidement creusée dans l’Atlantique Nord entre ces lundi 06 mai et mardi 07 mai à la faveur d’un jet stream (courant de vent de haute altitude) très actif. C’est cette même dépression qui a été à l’origine du temps perturbé ce mercredi 08 mai sur le pays avec le passage d’un front froid pluvieux. Ce dernier a été suivi d’un ciel de traîne actif puis d’un coup de vent dans la soirée et la nuit de mercredi à jeudi sur le Centre Ouest du pays. Après le passage du front froid, la masse d’air s’est rafraîchie (-28°C à -22°C vers 5500m). Comme les basses couches étaient encore assez douces, cela a créé de l’instabilité avec la formation d’averses orageuses et/ou d’orages sur une bonne partie Nord Ouest du pays. La situation était très dynamique entre ces mercredi et jeudi avec un jet (courant de vent à haute altitude) très actif (plus de 220 à 260 km/h). Dans le même temps, un important forçage d’altitude s’est opéré par l’Ouest du pays favorisant la convection (développement d’averses et orages).

Image satellite visible Europe de l’Ouest ce 08 mai 2019 vers 16h (copyright : EUMETSAT via Météociel).

Bilan

Après le passage du front froid en matinée de mercredi, un ciel de traîne s’est mis en place l’après midi avec les premiers orages au Nord de l’Eure-et-Loir.

Impacts de foudre entre 11h30 et 13h30 ce 08 mai 2019 (copyright : Association Météo Centre).

Ces cellules ont continué de se développer au Nord au fil de l’après-midi.

Impacts de foudre entre 12h30 et 14h30 ce 08 mai 2019 (copyright : Association Météo Centre).

De nouveaux orages se formés en milieu d’après-midi sur l’Ouest du Centre-Val de Loire.

Impacts de foudre entre 13h30 et 15h30 ce 08 mai 2019 (copyright : Association Météo Centre).

Ils se sont multipliés en deuxième partie d’après-midi avec de nombreux impacts recensés principalement au Nord de la Loire.

Impacts de foudre entre 14h30 et 16h30 ce 08 mai 2019 (copyright : Association Météo Centre).

En fin d’après-midi, plusieurs orages circulaient encore au Nord de nos régions.

Impacts de foudre entre 15h30 et 17h30 ce 08 mai 2019 (copyright : Association Météo Centre).

Ces cellules orageuses se sont évacuées vers le Nord Est en début de soirée.

Impacts de foudre entre 16h30 et 18h30 ce 08 mai 2019 (copyright : Association Météo Centre).

Vers 19h30, quelques averses orageuses et/ou orages étaient encore présents au Nord.

Impacts de foudre entre 17h30 et 19h30 ce 08 mai 2019 (copyright : Association Météo Centre).

Les dernières cellules se sont formées dans l’Yonne dans la soirée.

Impacts de foudre entre 18h30 et 20h30 ce 08 mai 2019 (copyright : Association Météo Centre).

En résumé, une bonne partie Nord / Nord Ouest de nos régions a été touchée par ces orages d’intensité modérée généralement. On a par exemple recensé (selon Kéraunos) :

  • 1679 éclairs dans le Loir-et-Cher ;
  • 1582 dans le Loiret ;
  • 1510 dans l’Yonne ;
  • 653 dans l’Eure-et-Loir ;
  • 467 dans l’Indre-et-Loire ;
  • 275 dans le Cher ;
  • 111 dans la Nièvre ;
  • 8 dans l’Indre.

Impacts de foudre entre 13h30 et 20h30 ce 08 mai 2019 (copyright : Association Météo Centre).

Lors du passage de ces averses et/ou orages ce 8 mai 2019, on a mesuré quelques bonnes rafales de vent sur le réseau METAR (rafales supérieures à 70 km/h) :

  • 76 km/h à Blois (41) entre 19h et 20h ;
  • 76 km/h à Château-Renault (37) entre 18h et 19h ;
  • 75 km/h à Châteauroux (36) entre 21h et 22h ;
  • 73 km/h à Romorantin (41) entre 21h et 22h ;
  • 72 km/h à Laons (28) entre 14h et 15h ;
  • 71 km/h à Ferrière-Larçon (37) entre 20h et 21h ;
  • 71 km/h à Tours (37) entre 18h et 19h.

Après ces orages, la dépression Yukon (née le 07 mai dans l’Atlantique) a traversé nos régions centrales dans la nuit de mercredi à jeudi.

Animation satellite (vapeur d’eau) entre les 06 et 09 mai 2019 de la dépression Yukon (copyright : EUMETSAT via Wetterzentrale).

A son passage, on a relevé sur le réseau METAR (rafales supérieures à 70 km/h) :

  • 83 km/h à Blois (41) entre 03h et 04h et 05h et 06h ;
  • 82 km/h à Saint-Nicolas-des-Biefs (03) entre 05h et 06h ;
  • 77 km/h à Orléans-Bricy (45) entre 05h et 06h ;
  • 76 km/h à Châteauroux (36) entre 03h et 04h ;
  • 76 km/h à Tours (37) entre 02h et 03h ;
  • 75 km/h à Ouzouer-le-Marché (41) entre 04h et 05h ;
  • 75 km/h à Reignac-sur-Indre (37) entre 02h et 03h ;
  • 74 km/h à Château-Chinon (58) entre 06h et 07h ;
  • 73 km/h à Prémery (58) entre 07h et 08h ;
  • 73 km/h à Saint-Christophe-sur-le-Nais (37) entre 02h et 04h ;
  • 72 km/h à Châteaudun (28) entre 04h et 05h ;
  • 72 km/h à Choue (41) entre 02h et 03h ;
  • 72 km/h à Préveranges (18) entre 05h et 06h ;
  • 71 km/h à Avord (18) entre 08h et 09h ;
  • 71 km/h à Château-Renault (37) entre 03h et 04h ;
  • 71 km/h à Montgivray (36) entre 03h et 04h ;
  • 70 km/h à Ourouer-les-Bourdelins (18) entre 07h et 08h.

Sur notre réseau de stations Météo Centre, aucune station n’a mesuré de rafales supérieures à 70 km/h. A noter tout de même, 69 km/h mesurés à Le Louroux (37) et 68 km/h à Etrechet (36).

Peu ou pas de dégâts a été signalé lors de cet épisode venteux.

Côté pluviométrie, on a relevé entre mardi 07 mai midi et jeudi 09 mai 14h sur les réseaux METAR et Météo Centre (cumuls supérieurs à 10 mm) :

  • 10 mm à Levroux (36) ;
  • 10 mm à Sandillon (45) ;
  • 10,1 mm à Blois (41) ;
  • 10,2 mm à Pruniers-en-Sologne (41) ;
  • 10,4 mm à Olivet (45) ;
  • 10,8 mm à Prémilhat (03) ;
  • 11 mm à Vierzon (18) ;
  • 11,2 mm à Le Louroux (37) ;
  • 11,2 mm à Salbris (41) ;
  • 11,8 mm à Ménétréols-sous-Vatan (36) ;
  • 11,8 mm à Reuilly (36) ;
  • 11,9 mm à Chartres (28) ;
  • 12 mm à Le Mesnil-Thomas (28) ;
  • 12 mm à Lignerolles (03) ;
  • 12,2 mm à Véretz (37) ;
  • 12,4 mm à Autry-Issards (03) ;
  • 12,4 mm à Mazangé (41) ;
  • 12,5 mm à Orléans-Bricy (45) ;
  • 12,5 mm à Vichy (03) ;
  • 13 mm à Culan (18) ;
  • 13 mm à Néris-les-Bains (03) ;
  • 13,7 mm à Châteauroux (36) ;
  • 13,8 mm à Le Grand-Pressigny (37) ;
  • 14 mm à Boisseaux (45) ;
  • 14 mm à Cudot (89) ;
  • 14,2 mm à La Marche (58) ;
  • 14,4 mm à Aubigny-sur-Nère (18) ;
  • 14,4 mm à Villebret (03) ;
  • 14,8 mm à Reboursin (36) ; 
  • 14,8 mm à Saint-Maur (36) ;
  • 14,8 mm à Tour-en-Sologne (41) ;
  • 15 mm à Issoudun (36) ;
  • 15,6 mm à Saint-Michel-en-Brenne (36) ;
  • 15,9 mm à Avord (18) ;
  • 16 mm à Orçay (41) ;
  • 16,4 mm à Tauxigny (37) ;
  • 16,6 mm à Villegouin (36) ;
  • 16,8 mm à Beddes (18) ;
  • 17 mm à Chassignolles (36) ;
  • 17,3 mm à Châteaudun (28) ;
  • 18 mm à Tours (37) ;
  • 18,8 mm à Etrechet (36) ;
  • 19,4 mm à Digny (28) ;
  • 19,4 mm à Saint-Firmin-des-Bois (45) ;
  • 19,8 mm à Soumaintrain (89) ;
  • 19,9 mm à Bourges (18) ;
  • 19,9 mm à Romorantin (41) ;
  • 21,4 mm à Oisy (58) ;
  • 22,7 mm à Nevers (58) ;
  • 26,7 mm à Auxerre-Perrigny (89) ;
  • 30,4 mm à Les Buteaux (58) ;
  • 35,8 mm à Cerisiers (89).

Photos 

Orage à Auxerre, Yonne ce 08 mai (copyright : Jean-Jacques Cordier).

Orage à Blois, Loir-et-Cher ce 08 mai (copyright : Maria Klejner).

Grêle près d’Auneau, Eure-et-Loir (copyright : Martial Piolot).

Grêle près d’Auneau, Eure-et-Loir (copyright : Martial Piolot).