Archives par étiquette : restrictions

Loir-et-Cher – Cours d’eau – Restrictions d’irrigation et d’arrosage des jardins

Les débits de seuils d’alerte fixés par l’arrêté cadre du 25 avril ont été franchis pour les bassins versants du Loir, du Beuvron et de la Masse. En conséquence, les irrigants doivent réduire de 20 % le volume hebdomadaire autorisé, le remplissage de plans d’eau et les manœuvres d’ouvrages susceptibles d’influencer le débit sont interdits, et l’arrosage des pelouses et jardins sont interdits entre 8 h et 20 h. Les bassins versants de la Braye, des affluents de la Loire, du Cher, des affluents du Cher et de la Brenne sont, quant à eux, passés du débit de seuil d’alerte au débit d’alerte renforcée. Ce seuil renforcé est également confirmé pour le bassin versant de la Cisse.
En conséquence, les restrictions suivantes s’appliquent : réduction des volumes hebdomadaires d’irrigation de 50 %, arrosage des pelouses et jardins interdits, arrosage des potagers interdit de 8 h à 20 h. Ces mesures sont mises en œuvre pour les communes concernées par arrêté préfectoral du 23 août. Il peut être consulté en mairie et sur le site internet des services de l’Etat : www.loir-et-cher.gouv.fr

Source : La Nouvelle République

Indre – Moins d’inquiétudes pour l’eau

Hier, au cours d’une conférence de presse portant sur l’actualité dans le département, le préfet a également fait le point sur d’autres dossiers agricoles et environnementaux. Tour d’horizon.

> Ressources en eau. Malgré les pluies largement excédentaires du mois de juin, les débits des cours d’eau restent en deçà des normales saisonnières, surtout sur la Ringoire, l’Indrois et la Tourmente. « Toutefois, alors qu’à la même époque, l’an dernier, j’en étais à mon cinquième ou sixième arrêté, je n’ai pas jugé nécessaire, cette année, d’étendre les restrictions pour l’instant », explique le préfet. La situation des nappes phréatiques est plutôt rassurante : « Les pluies excédentaires de juin ont été très favorables aux nappes libres et, dans une moindre mesure, aux nappes plus profondes ».

Malgré les pluies, les débits des cours d’eau restent en dessous des normales. Le niveau de la Ringoire demeure préoccupant.

Source : La Nouvelle République