Archives de catégorie : Bilan climatologique

Bilan climatologique mensuel et annuel pour les régions Centre – Val de Loire et Centrales

Bilan climatique de mars 2020 : doux mais très contrasté

Depuis Janvier 2018, nous envoyons à nos adhérents des bilans climatiques de chaque mois passé.

Si vous souhaitez recevoir ces bilans très détaillés de notre Réseau de Stations Météo Centre (RSMC) et réseau METAR (températures, pluviométrie, ensoleillement, et événements marquants du mois), n’hésitez pas à adhérer à l’Association Météo Centre, en cliquant ici (vous pouvez adhérer de date à date pour seulement 15 euros par an, soit SEULEMENT 1,25€ PAR MOIS !!!)

Pour les non adhérents à l’association, nous proposons un simple tableau récapitulatif réactualisé chaque mois. Mars s’est montré plutôt doux l’ensemble malgré une dernière décade plutôt froide.

Copyright : Association Météo Centre.

Hiver 2019/2020 : une douceur record et un temps souvent perturbé…

L’hiver 2019/2020 a été marqué par une douceur récurrente avec de fréquents passages perturbés en France et sur nos régions Centre-Val de Loire et Centrales. Pourquoi a-t-il été si doux ? A-t-il assez plu ces derniers mois ? Les nappes phréatiques se sont-elles assez chargées ? Nos réponses…

Copyright : Association Météo Centre.

Une Oscillation Nord Atlantique positive récurrente apportant douceur et passages perturbés…

Cet hiver, un flux d’Ouest doux et perturbé omniprésent a concerné l’Europe et la France. La configuration météorologique de cet hiver 2019/2020 avait d’ailleurs été très bien anticipé par les modèles saisonniers et par nos prévisions saisonnières en fin d’automne météorologique dernier. Sur la carte du haut (ci-dessous), on retrouve la prévision multi-modèle C3S émise en novembre 2019 pour le géopotentiel à 500hPa sur la période Décembre-Janvier-Février 2019-2020, sur celle du bas, les observations de notre hiver. Le constat est flagrant, les modèles ont été très performants avec une importante anomalie dépressionnaire vers l’Islande et une anomalie plutôt anticyclonique vers le Sud de l’Europe.

Prévision multi-modèle C3S du géopotentiel hPa de novembre 2019 via Copernicius et analyse ECMWF via Etienne Kaipikian / Météo France.

Cette situation est typique d’un Oscillation Nord-Atlantique (NAO) positive. La NAO représente la différence de pression entre les Açores et l’Islande.

Schéma de l’Oscillation Nord Atlantique (source : la.climatologie.free.fr).

En hiver, plus la différence de pression est grande entre l’anticyclone des Açores et les dépressions vers l’Islande, plus la NAO est positive (30% des régimes en Europe). On observe alors un courant d’Ouest perturbé avec de fréquentes perturbations pluvieuses et venteuses sur l’Europe (notamment sur la partie Nord). Les températures sont alors généralement douces et l’influence est majoritairement océanique.

A contrario, moins la différence de pression est grande entre l’anticyclone des Açores et les dépressions vers l’Islande, plus la NAO est négative (20% des régimes en Europe). On constate alors que le courant d’Ouest reste peu actif voire inopérant : l’anticyclone des Açores et les dépressions près de l’Islande changent de place et peuvent même s’inverser. Dans ce cas de figure, le flux peut s’orienter au Nord/Nord Est voire à l’Est, ramenant le froid en Europe de l’Ouest. Comme les hautes pressions remontent vers le Pôle Nord, le vortex polaire est chamboulé et on peut alors observer un displacement event ou un splitting event.

Effets de l’anomalie positive et négative de l’ONA sur les systèmes météorologiques (copyright : Martin Visbeck et Heidi Cullen et Pierre_cb).

Les autres régimes en Europe sont les dorsales (23% des régimes en Europe) et les blocages (27% des régimes en Europe).

Anomalie journalière de pression de surface (millibar) correspondant aux quatre régimes de temps d’hiver (de novembre à mars) sur l’Atlantique Nord. Le pourcentage représente l’occurrence moyenne de ces régimes sur la période 1974-2007 (copyright : CNRS).

L‘indice de l’Oscillation Arctique a d’ailleurs été globalement positif sur le trimestre Janvier-Février-Décembre 2019/2020 avec un index AO le plus élevé record de 6,34 le 10 février (ancien record : 5,91 le 26 février 1990, données depuis 1950).

Evolution de l’index de l’Oscillation Arctique (source : https://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/precip/CWlink/daily_ao_index/teleconnections.shtml).

Un hiver 2019/2020 exceptionnellement doux…

En Europe

Les données de la NOAA confirment que l’Europe a connu son hiver météorologique le plus doux depuis le début des mesures météorologiques (depuis 1910) avec un écart de +3.29°C au-dessus de la moyenne 1910-2000, dépassant largement les +2.50°C de l’hiver 2016 et les +2,43°C de l’hiver 2007.

Evolution des anomalies de la température en Europe entre 1910 et 2020 (source : https://www.ncdc.noaa.gov/cag/global/time-series/europe/land/3/2/1910-2020).

De nombreux pays européens ont battu des records de douceur lors de cet hiver, notamment vers le Nord Est où l’anomalie a dépassé souvent les +5°C à +7°C par rapport aux normes !!!

Anomalie trimestrielle DJF 2019/2020 de l’analyse du modèle ECMWF (source : Etienne Kapikian / Météo France).

D’après Etienne Kapikian, à l’échelle globale (terres + océans), l’hiver 2019-2020 a été le 2ème le plus chaud (+1.12°C par rapport aux moyennes du 20ème siècle), derrière 2015-2016 (+1,18°C) mais sur les terres de l’Hémisphère Nord, c’est l’hiver le plus doux, grâce à un hiver record en Europe et Asie.

Anomalies de la température dans le monde sur le trimestre DJF 2019/2020 (source : https://www.ncdc.noaa.gov/sotc/global/202002).

Pour montrer à quel point cet hiver a été exceptionnellement doux en Europe, notamment en direction de la Russie, à Saint-Pétersbourg, la température moyenne de cet hiver 2019-2020 a été positive pour la première fois en 269 ans de mesures (moyenne de +1.3°C, soit une anomalie +6.2°C par rapport aux normes de 1981-2010) !!!

Evolution de la température moyenne en hiver à Saint-Pétersbourg, Russie (source : Etienne Kapikian et données : http://www.pogodaiklimat.ru/history/26063.htm).

On a fait le même constat à Moscou (Russie) avec un une moyenne de +0.2°C, soit une anomalie de +6.3°C par rapport aux normes de 1981-2010.

Evolution de la température moyenne en hiver à Moscou, Russie (source : Etienne Kapikian et données : http://www.pogodaiklimat.ru/history/26063.htm).

En France

D’après Météo France, en moyenne sur la saison et sur la France, la température de 8,2°C a été supérieure à la normale (1981-2010) de +2,7 °C, plaçant l’hiver 2019-2020 au 1er rang des hivers les plus chauds sur la période 1900-2020, devant les hivers 2015-2016 (+2,6°C) et 1989-1990 (+2,0°C). 

Ecart à la moyenne saisonnière de référence 1981/2010 de la température moyenne de cet hiver 2019/2020 (source : Météo France).

Et sur nos régions Centre-Val de Loire et Centrales

Sur nos régions Centre-Val de Loire et Centrales, on a aussi connu l‘hiver le plus doux depuis le début des relevés (battant 2016). L’excédent thermique a approché et/ou dépassé la barre des +3°C par rapport aux normes (1981-2010) sur l’ensemble des stations du réseau METAR pour le trimestre Décembre 2019 – Janvier 2020 – Février 2020 avec un mois de février particulièrement doux.

Températures moyennes et anomalies de température sur la période Décembre 2019 – Janvier 2020 – Février 2020 (données : Météo France / animation : Association Météo Centre).

Des pluies bénéfiques entre l’automne et l’hiver après une longue période de sécheresse…

… En France…

Le maintien d’un courant d’Ouest perturbé lors de cet hiver a favorisé le passage de fréquents fronts pluvieux sur le Nord de la France notamment.

Cumul saisonnier des précipitations lors de l’hiver 2019/2020 (copyright : Météo France).

En moyenne sur la France, la pluviométrie a été excédentaire de plus de 10 % (normes 1981/2010).

Rapport à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations lors de l’hiver 2019/2020 (copyright : Météo France).

La première quinzaine de mars, très pluvieuse sur notre pays, a renforcé le remplissage des nappes. D’après Météo France, les « 62 mm de pluie en moyenne sur la première décade sur la France constituent la deuxième première décade de mars la plus arrosée depuis 1959 (derrière la première décade de mars 2006 avec 64 mm). En fait, en 10 jours, on a souvent dépassé le cumul moyen d’un mois de mars entier. »

Rapport à la moyenne de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations entre les 1er et 11 mars 2020 (copyright : Météo France).

La fréquence des passages pluvieux a donc permis de bien remplir les nappes phréatiques sur la la saison de recharge (septembre 2019 à mars 2020).

Rapport à la moyenne de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations lors de l’automne 2019 et l’hiver 2019/2020 (copyright : Météo France).

Au 1er mars 2020, les sols superficiels sont saturés ou proches de la saturation sur la quasi-totalité du pays. On est loin de la sécheresse d’il y a quelques mois…

Indice d’humidité des sols au 1er septembre 2019 et au 1er mars 2020 (copyright : Météo France).

En comparant entre le 1er mars 2019 et le 1er mars 2020, on constate bien que les fréquents passages pluvieux de ces derniers mois ont été efficaces. L’indice d’humidité des sols est nettement plus élevé cette année.

Indice d’humidité des sols le 1er mars 2019 et le 1er mars 2020 (copyright : Météo France).

Et sur nos régions Centre-Val de Loire et Centrales

Généralement, la pluviométrie s’est montrée de saison à excédentaire sur notre territoire cet hiver (hormis vers la Limagne Bourbonnaise). Décembre et février ont été pluvieux compensant le déficit observé en janvier. En effet, sur les principales stations de Météo France, on a relevé sur l’ensemble de l’hiver météorologique 2019/2020 :

  • Auxerre-Perrigny (89) : 175,9 mm (moyenne habituelle : 165,3 mm, soit +6%) ;
  • Avord (18) : 204,3 mm (moyenne habituelle : 179,8 mm, soit +14%) ;
  • Blois (41) : 162,5 mm (moyenne habituelle : 165,8 mm, soit -2%) ;
  • Bourges (18) : 204,3 mm (moyenne habituelle : 175 mm, soit +17%) ;
  • Chartres (28) : 166,3 mm (moyenne habituelle : 145,7 mm, soit +14%) ;
  • Châteaudun (28) : 193,4 mm (moyenne habituelle : 152,6 mm, soit +27%) ;
  • Châteauroux (36) : 165,3 mm (moyenne habituelle : 175,3 mm, soit -6%) ;
  • Nevers (58) : 211 mm (moyenne habituelle : 193 mm, soit +9%) ;
  • Orléans-Bricy (45) : 176,9 mm (moyenne habituelle : 154,9 mm, soit +14%) ;
  • Romorantin (41) : 183,7 mm (moyenne habituelle : 174,7 mm, soit +5%) ;
  • Tours (37) : 167,8 mm (moyenne habituelle : 193,3 mm, soit -13%) ;
  • Vichy-Charmeil (03) : 103,2 mm (moyenne habituelle : 137,1 mm, soit -25%).
Cumuls des précipitations sur la période Décembre 2019 – Janvier 2020 – Février 2020 (source données : Météo France / copyright : Association Météo Centre).

Sur notre réseau de stations Météo Centre, pour la période hivernale (décembre 2019 – janvier 2020 – février 2020), on a par exemple mesuré :

  • Audes (03) : 113 mm (dont 63 mm en décembre, 21,2 mm en janvier, 28,8 mm en février) ;
  • Cerisiers (89) : 310,8 mm (dont 138,6 mm en décembre, 47,2 mm en janvier, 125 mm en février) ;
  • Culan (18) : 178,2 mm (dont 101,2 mm en décembre, 33 mm en janvier, 44 mm en février) ;
  • Digny (28) : 218,4 mm (dont 82 mm en décembre, 38,8 mm en janvier, 97,6 mm en février) ;
  • La Marche (58) : 218,6 mm (dont 106 mm en décembre, 46,2 mm en janvier, 66,4 mm en février) ;
  • Le Grand-Pressigny (37) : 184,8 mm (dont 90,6 mm en décembre, 35,8 mm en janvier, 58,4 mm en février) ;
  • Lignerolles (03) : 168,8 mm (dont 89,4 mm en décembre, 32,6 mm en janvier, 46,8 mm en février) ;
  • Oisy (58) : 197,2 mm (dont 105,2 mm en décembre, 34,4 mm en janvier, 57,6 mm en février) ;
  • Reboursin (36) : 179 mm (dont en 85,6 mm décembre, 38,4 mm en janvier, 55 mm en février) ;
  • Romilly-sur-Aigre (28) : 237,6 mm (dont 89 mm en décembre, 34,6 mm en janvier, 114 mm en février) ;
  • Saint-Firmin-des-Bois (45) : 156,8 mm (71,6 mm en décembre, 28,8 mm en janvier, 56,4 mm en février) ;
  • Saint-Maur (36) : 213 mm (dont 103 mm en décembre, 49,2 mm en janvier, 60,8 mm en février) ;
  • Salbris (41) : 199,8 mm (dont 85 mm en décembre, 34,2 mm en janvier, 80,6 mm en février) ;
  • Sandillon (45) : 202,6 mm (dont 88,6 mm en décembre, 29,8 mm en janvier, 84,2 mm en février) ;
  • Soumaintrain (89) : 241,8 mm (dont 105 mm en décembre, 30 mm en janvier, 106,8 mm en février) ;
  • Vendôme (41) : 151,2 mm (dont 64 mm en décembre, 25,2 mm en janvier, 62 mm en février) .
  • Véretz (37) : 138,4 mm (dont 65,4 mm en décembre, 20,2 mm en janvier, 52,8 mm en février).

La pluie tombée en abondance début mars a permis de maintenir l’humidité dans les sols. Il est tombé l’équivalent d’un mois de pluie par endroits…

Cumuls de pluie 1er au 06 mars 2020 (copyright : Association Météo Centre).

Au 15 mars 2020, hormis quelques exceptions, nos nappes phréatiques se portent plutôt bien sur le Centre-Val de Loire par exemple. Elles présentent globalement des niveaux proches des normes.

Niveau des nappes phréatiques au 15 mars 2020 (copyright : DREAL Centre-Val de Loire).

Conclusion / Réflexion : Les fréquents passages pluvieux observés durant les périodes automnale et hivernale auront donc été bénéfiques pour nos sols. Si l’été à venir s’annoncerait chaud et sec à l’image de l’été dernier, nous serions donc mieux préparés à une éventuelle sécheresse à priori compte tenu du remplissage correct de nos nappes phréatiques (sauf si les prochaines semaines à venir se montreraient très sèches).

Perspectives à venir : les dernières simulations envisageraient un été de saison/chaud et orageux. Tout cela restera à affiner et à préciser ces prochaines semaines bien évidemment…

[A NOTER] Depuis Janvier 2018, nous envoyons à nos adhérents des bilans climatiques de chaque mois passé et des prévisions saisonnières précises. Si vous souhaitez recevoir ces bilans de notre Réseau de Stations Météo Centre (RSMC) et du réseau METAR (températures, pluviométrie, ensoleillement, et événements marquants du mois) et nos tendances très détaillées, n’hésitez pas à adhérer à l’Association Météo Centre, en cliquant ici (vous pouvez adhérer de date à date pour seulement 15 euros par an, soit SEULEMENT 1,25€ PAR MOIS !!!)

Restez informés de l’évolution de la situation via nos réseaux sociaux et notre site : www.meteo-centre.fr.

N’hésitez pas à consulter régulièrement nos bulletins de risques météorologiques !

Bilan climatique de février 2020 : très doux, humide et venté

Depuis Janvier 2018, nous envoyons à nos adhérents des bilans climatiques de chaque mois passé.

Si vous souhaitez recevoir ces bilans très détaillés de notre Réseau de Stations Météo Centre (RSMC) et réseau METAR (températures, pluviométrie, ensoleillement, et événements marquants du mois), n’hésitez pas à adhérer à l’Association Météo Centre, en cliquant ici (vous pouvez adhérer de date à date pour seulement 15 euros par an, soit SEULEMENT 1,25€ PAR MOIS !!!)

Pour les non adhérents à l’association, nous proposons un simple tableau récapitulatif réactualisé chaque mois. Février 2020 se classe en 2ème position des mois de février les plus doux en France !!!

Copyright : Association Météo Centre.

Bilan climatique de janvier 2020 : très doux et sec

Depuis Janvier 2018, nous envoyons à nos adhérents des bilans climatiques de chaque mois passé.

Si vous souhaitez recevoir ces bilans très détaillés de notre Réseau de Stations Météo Centre (RSMC) et réseau METAR (températures, pluviométrie, ensoleillement, et événements marquants du mois), n’hésitez pas à adhérer à l’Association Météo Centre, en cliquant ici (vous pouvez adhérer de date à date pour seulement 15 euros par an, soit SEULEMENT 1,25€ PAR MOIS !!!)

Pour les non adhérents à l’association, nous proposons un simple tableau récapitulatif réactualisé chaque mois. Janvier 2020 se classe en 4ème position des mois de janvier les plus doux en France (certaines stations ont connu leur mois de décembre le plus doux jamais mesuré).

Copyright : Association Météo Centre.

Bilan climatique de décembre 2019 : très doux et pluvieux

Depuis Janvier 2018, nous envoyons à nos adhérents des bilans climatiques de chaque mois passé.

Voici un exemple de ce que nous leur proposons :

Si vous souhaitez recevoir ces bilans très détaillés de notre Réseau de Stations Météo Centre (RSMC) et réseau METAR (températures, pluviométrie, ensoleillement, et événements marquants du mois), n’hésitez pas à adhérer à l’Association Météo Centre, en cliquant ici (vous pouvez adhérer de date à date pour seulement 15 euros par an !!!)

Pour les non adhérents à l’association, nous proposons un simple tableau récapitulatif réactualisé chaque mois. Décembre 2019 se classe en 4ème position des mois de décembre les plus doux en France (certaines stations ont connu leur mois de décembre le plus doux jamais mesuré).

Copyright : Association Météo Centre.