La canicule et les vagues de chaleur

Durant la saison chaude, notre pays peut connaître des vagues de chaleur… Mais quand parle-t-on de canicule ? Quelles en sont les causes et les conséquences ? Quelles mesures sont mises en place en cas de canicule ?

Copyright : Association Météo Centre.

Pic de chaleur ou canicule ?

Lorsque les températures sont anormalement élevées pendant plusieurs jours consécutifs, on évoque le terme de vague de chaleur (cela dépend du climat, des activités et des dispositifs mis en place dans la région en question).

D’après l’instruction interministérielle du 22 mai 2018, on parle de :

  • Pic de chaleur : exposition de courte durée (un ou deux jours) à une chaleur intense présentant un risque pour la santé humaine, pour les populations fragiles ou surexposées, notamment du fait de leurs conditions de travail et de l’activité physique ; il peut être associé au niveau de vigilance météorologique jaune ;
  • Episode persistant de chaleur : températures élevées qui perdurent dans le temps (supérieure à trois jours) pour lesquels les IBM (indicateurs biométéorologiques) sont proches ou en dessous des seuils départementaux ; ces situations constituant un danger pour les populations fragiles ou surexposées, notamment du fait de l’activité physique ; il peut être associé au niveau de vigilance météorologique jaune ;
  • Canicule : période de chaleur intense pour laquelle les IBM dépassent les seuils départementaux pendant trois jours et trois nuits consécutifs et susceptible de constituer un risque pour l’ensemble de la population exposée, elle est associée au niveau de vigilance météorologique orange ;
  • Canicule extrême : canicule exceptionnelle par sa durée, son intensité, son étendue géographique, à fort impact sanitaire, avec apparition d’effets collatéraux ; elle est associée au niveau de vigilance météorologique rouge.

Une canicule survient généralement avec un réchauffement très important de l’air, ou avec une invasion d’air très chaud, qui provoque notamment une baisse significative de l’amplitude thermique entre le jour et la nuit, la chaleur s’accumulant plus vite qu’elle ne s’évacue par convection ou rayonnement. Sur nos régions, les seuils de canicule qui aident à la décision pour passer en vigilance orange canicule sont les suivants  :

Copyright : Association Météo Centre.

Vous pouvez retrouvez nos vigilances sur notre site, en cliquant sur le lien ci-contre : http://www.meteo-centre.fr/vigilances.php

Un peu d’histoire…

Le terme de canicule vient de l’italien canicula, signifiant petite chienne (latin : canis, chien). Ce nom fait référence à l’étoile la plus brillante du ciel, Sirius, qui se lève et se couche avec le Soleil de la fin juillet à la fin août. Pendant cette période, les épisodes de fortes chaleurs étant assez fréquents, le mot « canicule » a fini par s’imposer dans le langage météorologique.

En France, les épisodes de canicule se manifestent le plus souvent entre la mi-juillet et la mi-août mais peuvent avoir lieu de début juin à début septembre.

Au niveau des épisodes marquants de ces dernières années, nous avons tous en mémoire la canicule d’Août 2003 où l’épisode a été particulièrement long et intense sur la plupart du pays.

Vagues de chaleur en France entre 1947 et 2017 © Météo-France.

Quelles sont les causes d’une canicule ?

Pendant l’été, le fameux anticyclone des Açores a tendance à se positionner plus facilement sur la France. Quand il est positionné sur l’Atlantique au niveau des Açores, le temps est plutôt mitigé et frais sur la France avec la circulation de nombreuses dépressions la plupart du temps avec un vent de secteur Ouest/Nord Ouest. Quand l’anticyclone est positionné sur l’Est de la France (ou encore le Nord), le temps est plutôt beau et chaud sur le pays. A ce moment là, les vents sont orientés vers les secteurs Est et Sud amenant de l’air chaud sur notre pays. Si nous sommes dans une situation de blocage, alors un épisode de canicule peut se mettre en place sur une période plus ou moins longue comme en 2003.

Pour l’épisode caniculaire du mois de juin 2017, un thalweg (axe de basses pressions formant une sorte de « vallée » entre deux zones de hautes pressions) était présent sur l’Atlantique et des conditions légèrement anticycloniques étaient présentes sur le pays, favorisant une remontée d’air chaud sur le pays. Voici ci-dessous une simulation de la température à 850 hPa le 21 juin 2017 via le modèle GFS.

Simulation de la température à 850 hPa le 21 juin 2017 via le modèle GFS (carte : Météociel, illustration : Association Météo Centre).

Ces remontées d’air chaud peuvent parfois être accompagnées d’un niveau d’humidité élevé, ce qui accroît la sensation de chaleur (on parle d’humidex). L’indice humidex est un nombre sans dimension, mais il utilise des valeurs qui ressemblent à une température en degré Celsius. C’est pourquoi il est souvent faussement considéré comme une température humide équivalente. On parle d’indicateur biométéorologique (utile à la décision pour passer en vigilance orange canicule). D’après Environnement Canada, un indice humidex de : moins de 30, aucun inconfort ; 30 à 39, un certain inconfort ; au-dessus de 40, beaucoup d’inconfort ; au-dessus de 45, il y a danger : un coup de chaleur est probable ; au-dessus de 54, un coup de chaleur est imminent.

Indice Humidex © Environment Canada.

Quelles sont les conséquences et les mesures mises en place pour la canicule ?

Un « plan canicule » a été mis en place suite à la canicule de 2003. Il a pour objectifs d’anticiper et de réduire les effets sanitaires des vagues de chaleur exceptionnelles. Chaque année, le ministère de la Santé met en place ce plan du 1er juin au 31 août. Il s’appuie notamment sur l’expertise de Météo-France et de Santé Publique France. Vous pouvez toutes les informations au sujet des risques au sujet d’un épisode caniculaire ici :

Quelques affiches pour la prévention :

  • Pour les animaux :

  • Pour tout le monde :

Attention, en cas d’urgence, quand on est dans l’incapacité de téléphoner au 15, on peut envoyer un sms au 114 !