[Parution] – Article de presse d’hier

Bonjour à toutes et à tous,

malgré quelques incohérences sur le nombre de photographies présentées

Dans les pas d’un chasseur d’orages

Olivier Renard expose une trentaine de clichés à la mairie. - Olivier Renard expose une trentaine de clichés à la mairie.

Olivier Renard expose une trentaine de clichés à la mairie.

Olivier Renard enseigne les sciences au lycée Pierre-et-Marie-Curie, à Châteauroux. Mais sa passion, ce sont les orages qu’il traque pour les photographier.

Olivier Renard, qui réside à Saint-Maur depuis deux ans, a créé adhéré, il y a sept ans, à l’association Météo Centre, qu’il préside aujourd’hui. Petit à petit, il s’est passionné pour le phénomène des orages et a décidé de partir, muni d’un petit appareil photo, pour tenter de fixer l’image fugace de l’éclair.

«  Une question d’intuition  »

Il peut attendre parfois dix heures pour rien, mais quand l’éclair est là, tout s’emballe. « Capturer la beauté éphémère de l’éclair, le lever du Soleil après la tempête, c’est magique », témoigne-t-il, très animé. Depuis, Olivier Renard s’est équipé de matériel professionnel, d’un GPS, d’un téléphone portable et d’une voiture pour se déplacer, mais aussi se mettre à l’abri de la foudre pendant sa traque. En France, il n’y a que trois cents chasseurs d’orages professionnels (et deux professionnels). Il part souvent en binôme et son épouse sait toujours où il se trouve. Car chasser les orages peut être dangereux : « Il y a une question d’intuition, quand le risque est trop fort comme avec de la grêle, je ne sors pas ».
La plus grosse saison de chasse se situe entre mars et octobre. Il sillonne alors toute la région Centre-Val de Loire. Son temps d’attente le plus long a été de vingt heures et l’orage dura six heures.
Il a déjà à son actif plus de trois mille clichés, la plupart pris dans l’Indre. Une trentaine sont actuellement exposés à la mairie. Le visiteur pourra admirer Saint-Maur foudroyée, photo prise le 4 août 2015, lors d’une « chasse » de cinq heures et demie. Une autre photo a été prise à 50 m de l’impact, à Levroux.
A noter que Saint-Maur possède une station météo semi-professionnelle, depuis quelques mois. Elle fournit des données météorologiques actualisées toutes les heures – température, pluviométrie, pression, vent – sur le site Internet de la commune. Et devinez qui gère ce service complètement gratuit ? Olivier Renard (via l’association Météo Centre), bien sûr, puisque cette station est installée dans son jardin.

Exposition à la mairie, jusqu’au 27 novembre. Entrée libre.

Cor. NR, Annabelle Arnault