VERS UN FROID MODÉRÉ CLASSIQUE POUR LA SAISON POUR CETTE FIN NOVEMBRE 2021 ?

Advertisements

VERS UN FROID MODÉRÉ CLASSIQUE POUR LA SAISON POUR CETTE FIN NOVEMBRE 2021 ?

Ces derniers jours, de nombreux médias évoquent un « froid polaire », l’arrivée de la neige et une « vague de froid » pour cette fin novembre sur la France… Il fera froid oui mais cette baisse des températures sera tout à fait classique pour la saison ! Voici nos explications…

Copyright : Association Météo Centre.

Première descente d’air froid entre dimanche et lundi suivie d’une autre plus massive entre jeudi et dimanche prochains…

Entre ce dimanche 21 et lundi 22 novembre, un thalweg plonge de la Mer du Nord vers la péninsule ibérique en passant par la France, accompagné d’une masse d’air très frais. Cette anomalie dépressionnaire se creusera sur le bassin méditerranéen par la suite et apportera un temps perturbé et pluvieux près de l’arc méditerranéen (notamment entre les mercredi 24 et jeudi 25 novembre) et assez mitigé sur le Sud du pays. Au Nord, sur une bonne partie de la semaine, le temps sera plus sec/variable mais bien froid sous un flux de Nord-Est vif (risque de gel nocturne/matinal bien présent et quelques averses près de la Manche).

Anomalies des géopotentiels vers 500 hPa (soit 5500m d’altitude) entre les 21 et 24 novembre 2021 (copyright : run 0z du 21 novembre 2021 du modèle ECMWF via WxCharts). Hautes Pressions / Anticyclones = orange/rouge et Dépressions / Basses Pressions = bleu/violet.

Sur l’animation de l’évolution des températures à 500 hPa, soit à environ 5500m d’altitude sur le bassin Atlantique Nord et l’Europe, on voit bien cette « petite bulle d’air froid » plonger vers la péninsule ibérique.

Evolution des températures à 500 hPa, soit à environ 5500m d’altitude sur le bassin Atlantique Nord et l’Europe entre ces 21 et 24 novembre 2021 (copyright : run 0z du du modèle GEM du 21 novembre 2021 via Météociel). Couleurs bleues et violettes = froid. Couleurs jaunes et orangées = plutôt doux.

En lien avec un renforcement de l’anticyclone sur l’Atlantique Nord, un décrochage d’air polaire s’opérera entre le jeudi 25 et le dimanche 28 novembre : les anomalies dépressionnaires plongeront vers l’Europe, dont la France avec de l’instabilité pour le week-end du 27 et 28 novembre (averses, pluie, neige à basse altitude notamment sur les massifs montagneux voire en plaine sur le Nord-Est).

Anomalies des géopotentiels vers 500 hPa (soit 5500m d’altitude) entre les 25 et 28 novembre 2021 (copyright : run 0z du 21 novembre 2021 du modèle ECMWF via WxCharts). Hautes Pressions / Anticyclones = orange/rouge et Dépressions / Basses Pressions = bleu/violet.

Sur l’animation de l’évolution des températures à 500 hPa, soit à environ 5500m d’altitude sur le bassin Atlantique Nord et l’Europe, on distingue bien ce potentiel décrochage polaire glissant du Groenland / de l’Islande vers l’Europe.

Evolution des températures à 500 hPa, soit à environ 5500m d’altitude sur le bassin Atlantique Nord et l’Europe entre ces 24 et 29 novembre 2021 (copyright : run 0z du du modèle GEM du 21 novembre 2021 via Météociel). Couleurs bleues et violettes = froid. Couleurs jaunes et orangées = plutôt doux.

Pourra-t-on parler de « vague de froid » ou de « froid polaire » ?

Pour la fin novembre, cette coulée d’air froid proviendra directement du Groenland : elle sera donc d’origine polaire maritime (flux de Nord à Nord-Ouest).

Les différentes masses d’air en Europe. Copyright : Association Météo Centre.

En passant au-dessus de l’océan, cet air froid « se réchauffera » : les températures seront donc en dessous des normales mais le froid restera très modéré avec une baisse du mercure tout à fait classique pour la saison en France et sur notre région Centre-Val de Loire. Certes, on aura un ressenti hivernal mais on sera loin d’un froid polaire et/ou d’une vague de froid pour cette fin novembre : les températures seront « tout simplement » dignes d’une fin décembre voire début janvier, sans excès (souvent proches de 0°C le matin et comprises entre +5°C et +10°C l’après-midi).

Anomalies de température prévues à 850 hPa soit environ 1500m d’altitude entre les 21 novembre et 1er décembre 2021 (copyright : run 0z du 21 septembre 2021 du modèle GEM via Tropical Tidbits). Anomalies chaudes = orange/rouge et anomalies froides = bleu/violet.

Pour rappel, d’après Météo France : « une vague de froid est un épisode de froid intense pendant plusieurs jours consécutifs sur une large étendue géographique. Elle est caractérisée par sa persistance, son intensité et son étendue géographique. C’est un épisode durable et étendu de froid (au moins 3 jours). Pour qu’un épisode soit identifié à l’échelle nationale, il faut que la température moyenne nationale descende au moins une journée sous un certain seuil (-2 °C). Les vagues de froid sont aussi caractérisées à l’échelle d’une région lorsque l’épisode dure au moins deux jours et que les températures atteignent des valeurs nettement inférieures aux normales saisonnières de la région concernée. » La situation la plus propice pour observer une vague de froid est d’avoir une situation météo de type « Moscou-Paris » avec un flux continental (flux d’Est à Nord-Est).

Les situations propices à des vagues de froid en Europe. Copyright : Association Météo Centre.

Chaque année, dès que les premières offensives hivernales se produisent, les termes de « froid polaire » et de « vague de froid » sont employés à mauvais escient et sont souvent utilisés dans le simple but de faire du buzz. Ainsi, cela met à mal le travail des passionnés et des professionnels de la météo. Avec le réchauffement climatique, les épisodes de froid sont de moins en moins fréquents et perturbent le ressenti de nombreuses personnes : on oublie souvent qu’il peut faire froid en hiver sans pour autant parler de vague de froid. Méfiez-vous donc des gros titres à sensation… et n’hésitez pas à consulter les pages et les sites de passionnés/professionnels de la météo pour des informations précises, rigoureuses, claires et fiables !

Aura-t-on de la neige en plaine ?

Dans ce flux de Nord à Nord-Ouest, on surveillera le comportement des anomalies dépressionnaires plongeant sur l’Europe et l’intensité des advections d’air froid sur la France fin novembre (après le 24/25 novembre notamment) : plus le décrochage polaire sera important plus le risque neigeux sera élevé. Le Nord-Est et le centre-Est de la France et nos massifs montagneux seront les régions où le potentiel neigeux se montrerait le plus important : il neigerait en bonne quantité sur nos massifs à basse altitude mais il est encore trop tôt pour évoquer précisément le risque neigeux : l’échéance étant encore assez lointaine, il convient d’être prudent pour parler rigoureusement du potentiel neigeux. Nous en saurons plus en milieu de semaine prochaine (vers le 24 novembre).

Sur notre région Centre-Val de Loire, le potentiel semblerait plus limité pour l’instant avec une dominante pluvieuse (températures souvent « trop douces » pour observer des précipitations solides). Néanmoins, nous restons prudents à ce sujet : il suffit d’une anomalie dépressionnaire bien placée et d’un air assez froid pour que le risque neigeux augmente. Aura-t-on de la neige en plaine dans le Centre-Val de Loire ? La probabilité est jugée limitée pour le moment mais il est impossible de l’affirmer à 100% : on ne peut pas prévoir de la neige avec précision plusieurs jours à l’avance, ce ne sont que des potentiels et/ou des hypothèses. On surveillera dans un premier temps d’éventuelles précipitations remontant par le Sud du pays entre jeudi et vendredi et rencontrant de l’air froid puis dans un deuxième temps, les averses / les précipitations arrivant par le Nord-Ouest / le Nord le week-end prochain dans une masse d’air froid et instable.

Pourquoi est-il si difficile de prévoir la neige pour les météorologues ?

La prévision d’un épisode neigeux reste une prévision délicate : il faut attendre 24h voire 12h avant
l’épisode
en question pour être le plus juste et le plus précis dans les prévisions.

En effet, la température est le paramètre le plus important lors des prévisions de chutes de neige. Les météorologues doivent non seulement prendre en compte la température du sol mais aussi celle de l’air près de ce dernier ainsi que de la masse d’air présente sur plusieurs kilomètres au-dessus de nos têtes. Dans le cas où la température reste proche de 0°C, la prévision peut devenir difficile. En effet, l’eau peut aussi bien passer à l’état liquide qu’à l’état solide.

Généralement, il neige lorsque les températures sont égales ou inférieures à 0°C sur toutes les couches d’air. Cependant, il arrive parfois qu’il neige alors que les températures sont positives (+1°C à +3°C) à moins de 300 m du sol. Alors, les flocons n’ont pas le temps de fondre et ont le temps d’atteindre le sol. Lorsque les flocons de neige traversent une couche d’air où la température est positive puis une couche d’air (près du sol) où la température est de nouveau négative, alors on observe de la pluie : on appelle cela des pluies verglaçantes. Elles sont très redoutées sur la route car lorsque les gouttes d’eau touchent le sol, d’importantes plaques de verglas peuvent se former.

Formation de la neige et de la pluie verglaçante (copyright : Association Météo Centre).

La neige peut parfois tomber à basse altitude alors que la masse d’air n’est pas très froide. Ce phénomène reste difficile à prévoir car il reste très localisé. En effet, tout dépend de la fluctuation de l’isotherme 0°C (en montagne, c’est l’altitude où il fait 0°C) et de l’intensité et de la durée des précipitations. Lorsque ces dernières sont durables et soutenues, de l’air très froid en altitude arrive à plonger vers le sol et la température de l’air finit par baisser progressivement. Ainsi, l’isotherme 0°C s’abaisse jusqu’en plaine. D’abord, il pleut puis la neige remplace progressivement la pluie et il se met à neiger durablement à basse altitude. Moins il y a de vent, plus il y a de chances d’observer ce genre de phénomène. On observe généralement de la neige mouillée et parfois humide.

L’humidité présente dans l’air et le vent sont également des facteurs clés pour déterminer la qualité de la neige.

Lorsque deux masses d’air rentrent en conflit (froid d’un côté et doux et humide de l’autre), on observe la formation d’une perturbation. Lors d’un épisode neigeux, les météorologues surveillent tout d’abord l’activité et le comportement de cette perturbation. Ensuite, ils prennent en compte l’évolution des températures du sol et de l’air. Le relief et l’intensité des précipitations restent également deux éléments déterminants pour bien anticiper l’isotherme 0°C et la limite pluie-neige

Enfin, il faut parfois analyser l’épaisseur et la qualité de la couche de neige déjà présente (ou qui sera éventuellement présente) au sol pour pouvoir prévoir éventuellement du verglas ou une fonte plus ou moins rapide.

A Météo Centre, nous utilisons divers modèles météo (ICON, ICON-D2, Arome, WRF, Arpège, ECMWF, …) pour réaliser nos prévisions. Un important temps d’analyse et de comparaison des modèles sont nécessaires pour réaliser la meilleure prévision possible et mieux appréhender les risques de verglas par exemple. Le « live » permet également des réajustements de nos prévisions. En effet, grâce aux images satellite, aux radars précipitations, aux relevés et aux observations des internautes et de nos équipes de terrain, nous pouvons voir l’évolution des températures, une éventuelle tenue de la neige ou encore une possible accentuation de l’intensité des précipitations.

Une configuration météo hivernale au moins jusqu’à début décembre ?

Si le blocage anticyclonique atlantique perdure début décembre, d’autres descentes d’air froid polaire maritime seraient probables mais compte tenu de l’échéance, il est inutile de donner plus de précisions. Dans tous les cas, le ressenti resterait hivernal sans pour autant parler de « froid polaire »… Nos montagnes seront probablement bien servies en neige, ce qui est une bonne nouvelle pour les amateurs de skis et de randonnées !

Anomalies des géopotentiels sur l’Atlantique Nord et en Europe prévus le 1er décembre (copyright : ensembles du modèle ECMWF du 21 novembre 2021 via Météociel). Rouge = anomalies positives des géopotentiels = conditions anticycloniques, anomalies négatives des géopotentiels = bas géopotentiels = conditions dépressionnaires)

Nos prévisionnistes surveillent l’évolution de la situation.

Restez informés : www.meteo-centre.fr.

Lien Permanent pour cet article : https://www.meteo-centre.fr/blog/vers-un-froid-modere-classique-pour-la-saison-pour-cette-fin-novembre-2021/